Blog Forum

Miroir Depuis plus de deux ans, je suis sujet à un trouble de dépersonnalisation / déréalisation chronique, 24/7. Il s’est installé en réponse à une forme de phobie sociale et ne me quitte plus. J’ai souvent dû expliquer la dépersonnalisation / déréalisation à des psys ou à des proches. Ces deux troubles sont très liés.

Commençons par la déréalisation :

La déréalisation est une modification majeure du ressenti d’une personne, qui se traduit par une impression d’étrangeté par rapport au monde. On le décrit souvent comme avoir l’impression que tout est irréel, comme dans un rève. Voici les comparaisons qu’on utilise le plus souvent pour décrire cet état :

  • Etre spectateur de sa vie
  • Avoir un voile devant les yeux
  • Flotter à coté de soi, être en dehors de son corps
  • Tout est distant, comme lorsqu’on est saoul
  • Impression d’irréalité, comme dans un rêve

Pour moi, c’est avant tout la perte partielle de tous les affects, les émotions. On ne ressent plus le monde de manière directe et intuitive, mais à travers un voile. Toute la vie psychique se déplace massivement d’une expérience essentiellement sensorielle, vers un vécu massivement cognitif.

Quand je regarde un coucher de soleil, je sais que le monde est beau, mais je ne le ressens plus comme tel. C’est comme si j’étais détaché de la réalité, qu’elle ne me concernait pas.

Etre déréalisé, c’est expérimenter un doute méthaphysique de manière concrète. Le monde réel perd à nos yeux sa cohérence intrinsèque, plus rien ne parrait naturel et comme allant de soi. C’est comme si la conscience s’était détachée des axiomes de la réalité et tentait de divaguer, de surfer sur l’infinité des possibles : Une démarche intellectuelle permanente est nécessaire pour tenter de s’ancrer dans la réalité, pour se convaincre que le monde existe et qu’il est la seule alternative.

En pratique, au quotidien, les choses les plus banales me parraissent bizarres, surréalistes. “Pourquoi tout ça existe t’il”, “Pourquoi marche t’on”, “Pourquoi ai-je deux bras, deux jambes”, “Pourquoi existe t’on”, “Pourquoi suis je moi plutôt qu’un autre”, ….

D’ordinaire, l’expérience de la réalité se fonde sur des acquis innébranlables, les axiomes de la réalité : les choses qui sont et ne sont pas autrement. La déréalisation est comme un refus en bloc de la légitimité même de la réalité. L’esprit tente obsessionellement de creuser plus profond que ses acquis, il remet tout en question en parmanence . La question centrale de tout ce processus est : “Pourquoi les choses sont elles comme ça et pas autrement”.

A force de décortiquer les atomes de réalité, il en résulte une vision froide, mécanique et désabusée du monde. Les choses et les êtres m’apparaissent nus, tel qu’ils sont, comme un paquet d’atomes dénués de sens et d’essence.

Le monde vu de manière matérialiste et déterministe est profondément absurde et sec. Seule les sensations et les sentiments le colorent et lui donne un sens. Les affects sont la glue du ressenti de la réalité. D’ordinaire, la conscience y puise une impression de cohérence. ce sont les bases sur lesquelles la vie psychique (cognitive) se développe. Privé de ces bases, mon esprit focntionne sur le souvenir de cette cohérence et rafistole en permanence ces piliers en les comblant artificiellement par des constructions intellectuelles.

En clair, je suis en permanence en train de tenter comprendre le pourquoi du comment. Ces ruminations obsessionelles sont une tentative désespérée de reconstruire artificiellement la cohérence perdue.

La vie est comme une sorte de tour de magie. Il faut prendre les sensations comme elles viennent. Si on tente de comprendre le truc, de tout décortiquer, la magie est perdue. Ici, le truc, c’est qu’il n’y a pas de truc. J’ai l’impression d’avoir fait le tour de la réalité, que les choses sont finalement simplement comme elles sont. Il n’y aurait rien de plus profond, pas de fluide de sens ni d’âme.

Ma plus grande crainte, ça serait d’avoir découvert la réalité profonde du monde. Comme si j’avais gagné en lucidité et que le monde était définitivement rien de plus qu’un amas d’atomes régi par des règles de physique, dans lequel des êtres conscients seraient apparus, balottés par une réalité aveugle et dramatiquement déterministe. Ils auraient ensuite développé d’une impression de libre arbitre illusoire. Les sentiments, l’amour, la foi, le bien le mal, la liberté ne seraient que des constructions nécessaires de la pensée, qui donneraient un sens tout relatif aux choses, pour rendre le monde plus supportable et conditionner les êtres à oeuvrer dans le sens de la reproduction de leur espèce.

Au fond, je me tape de ce qui est vrai ou pas. Je veux oublier à tout jamais avoir ressenti les choses de cette façon, en espérant que ça puisse s’oublier. Je veux retrouver mes sentiments et mon intuition.

Je choisis la pilule bleue.


Quelques liens :

  • Waking Life : Film d’animation. Une longue réflexion philosophique à travers un rève éveillé.
  • Tarnation : Un film - journal intime unique. La vie d’un jeune homme et de sa mère psychotique. Lui souffre de déréalisation.
  • Garden State : Etat végétatif. Un trenteniare désabusé redécouvre la vie.
  • La nausée de Jean-Paul Startre. L’auteur y décrit à plusieurs reprises des symptomes de déréalisation.

90 commentaires pour “La déréalisation”

je reconnais ici mon trouble, ma thérapie malgre moi : laisser le temps emporter mes souvenirs du temps ou j’ etais un individu, avec sa senssibilite,
mon but malgré : reintegrer la norme, le sentiment de variation, ce qui m’ as ete enlleve, pour sortir de l’ uniformite generale, la meditation, l’ oubli, la vitesse, et les etres chers, m’ apportent soutient, en esperant me reconstituer, et aller vers l’ avant, qu’ il existe ou non, au revoir,,

Bonjour.

J’ai comme compagne la derealisation depuis 30 ans. Depuis 1 ans je tente de me debarrasser de ca. Les informations que j’ai réussi a trouver me dise qu’il y a 2 types de derealisation :post traumatique et chronique . Ce phénomene est lié directement a l’anxiété . Anxiété qui est du a un trauma . Ce phénomene nous permet de nous proteger durant ce trauma et permet d’agir ou survivre(psychologiquement) a cette réalite invivable.
Pourquoi restons nous prisonnier de cette sensation par la suite ?
Bonne question ! Je crois presentement a une hypotese ,qui est que nous sommes tombé au coeur d’une spirale sans fin.
C’est-a-dire que nous nous avons identifie personnellement a notre esprit ( moi , moi-meme) de facon execive . Tu dit ” L’esprit tente obsessionellement de creuser plus profond que ses acquis, il remet tout en question en parmanence . La question centrale de tout ce processus est : “Pourquoi les choses sont elles comme ça et pas autrement ” ce qui me confirme que nous avons trop devloppe notre MENTAL au detriment du réel . Le mental ne fait que fonctionne avec le passé . Il ne peut “etre” dans le moment présent ( ou tres peu) .
J’ai vécu une experience interessante . Une experience de 6 secondes.
A la fin d’une seance de MDR , instantanement j’ai ete connecte au present ( de facon que j’ai jamais eu) et doucement j’ai sentie mon mental (pensé) arrete . Une sensation de paix et de neuf ma submerge.
Puis retour a la normale ( derealisation) . Je suis encore a m’explique cette experience . Mais le mental y est pour quelque choses……

Bye.

Incroyable. En quelques lignes, c’est comme si je me lisais moi même… Je suis sortie de cette période (qui a duré plus d’un an)mais je n’en suis jamais loin non plus.
Merci des explications, ca fait du bien de mettre des mots précis sur des sensations.

Je connais également ce symptome depuis à peu près 2-3 ans. Le regard que je portais sur celui-ci m’a fait énorément souffrir pendant quelques mois, croyant que j’étais schyzo. J’ai fini par me sortir de cette obsession et par porter un reagard différent, moins anxieux sur cela.
Je me reconnais parfaitement dans ta description objective. Simplement, je pense que la vision métaphysique que tu y attaches t’est personnelle. Les questions métaphysiques incessantes ne sont pas dans tous les cas au centre de la déréalisation, j’en suis la preuve… Il y a sans doute multiples causes à la DR : dans ton cas, ça semble être ce genre de pensées qui t’ont amené à avoir une vision neutre et un contact froid avec le monde extérieur. Cependant, même si j’ai également l’impression d’être aseptisé émotionnellement, les raisons n’en sont pas les mêmes. Je ne peux identifier avec précision et certitude pour quelle(s) raison(s) je me trouve dans cet état, mais ce dont je suis de plus en plus sûr, c’est que la déréalisation est un mécasnisme qui se met en place pour furie la douleur morale (comme une personne victime de très fortes douleurs physiques s’évanouit). Je n’en ai pas l’entière conviction, mais je tends de plus en plus à croire que c’est le cas. Je souhaiterai avoir ton avis et celui d’autres personnes également concernées par ce problème sur ce point de vue ?
Merci d’avance

Je délecte le doux gout de cette sensation irréel… Ca fait trois mois que je vis cette “chose” qui me suis partout, et qui me fais pensé à mon existence, me donne des mals de tetes etc… Si vous aviez un conseil pour essayer d’endiguer ces sentiments de reve éveillé… ca serait cool ;)

Je vous laisse mon mail au cas ou.

Clem pourrait tu me dire comment tu es sorti de cette perdiode, meme si tu n’en est jamais loin ? J’aimerais au moins améliorer mon etat, et je tiens a preciser apres m’etre longuement renseigné et lu de nombreux temoignages que cette sensation n’est a mon avis pas une fatalité comme le sous entends l’auteur de ce blog.

Et c’est quoi une seance de MDR svp ?

Bonjour .

Mes excuses . EMDR eye movement desensitization and reprocessing (EMDR)

Bonjour, pas de probleme, merci ;)

Je vais essayer ce nouveau type d’hypnose alors, on sait jamais :)

Depuis que tout ceci a commencé, je me dit qu’il faut prendre la plume (ce que me dit ma psy aussi… ;-)), alors je la prends sur ton blog, frappé par la manière dont raisonnent tes dires en moi.

Moi aussi je traverse ce que certains appellent la derealisation. En tout cas, je me reconnais dans ce que tu ecris, et je serai ravie de pouvoir travailler avec vous tous sur ce sujet. Ce tournant de vie qui vous frappe et ne vous lache pas facilement.
Je suis poussé à decortiquer les choses, trouver une explication, et bien evidemment je parviens aux limites de ma raison. Limite atteinte, devient remise en question, doute. Doute de tout. Qu’est ce que la réalité, pourquoi est elle ainsi. La dualité Etre/monde exterieur devient plus grande. Alors je peux douter de tout, meme de mon existence… Cruelle angoisse à laquelle j’ai donné naissance.

Le pire , c’est qu’etrangement, ca a été le point de départ de beaucoup de philosophes (ma nouvelle marotte). Du doute cartesien, en passant par l’ensoi et le pour soi de Hegel, pour finir dans un existentialisme froid de sarte… Il y a pletord d’informations qui viennent alimenter cette “IDEE FIXE”…

J’adère totalement à ce qui a été dit, à savoir qu’il s’agit d’une “intellectualisation” du monde.

Je ne suis cependant pas certain que tout ceci soit de la dérealisation. Parceque ma perception des choses n’est pas altérée, de “mauvaise qualité”. Je ne la comprends plus.
C’est comme si j’avais pris conscience que je suis plongé dans quelque chose que je ne peux expliquer.

je laisse mon mail à vous tous katherinejacques@hotmail.com
je suis de la région de montréal…je voudrais échanger sur le sujet…
ou faire des rencontres .moi,25 ans..déperso depuis 11 ans…j’ai fais PLUSIEURS recherches et consulté aussi…..

Personnellement je me suis posé toutes sortes de questions metaphysiques dans le genre de celles des theories dont vous parlez mais meme si c’est infiniment interessant je pense que la priorité est de trouver une voie de guérison et qu’elle n’est pas la. Pour résumer je vis ce trouble depuis 2 mois et étant en classe préparatoire je coule ou plutot je suis en apnée en essayant de garder juste asser d’air pour pouvoir refaire surface dans le cas ou j’arriverais a me débarrasser de ‘ca’. D’autre part je me demande si ce n’est pas du en grande partie au narcissisme, je n’ai jamais rien avoué de tel mais j’etais capable de passer un temps certain a m’admirer devant mon miroir (.. : / ) Voila qu’en pensez vous ?

Il m’a aussi semblé en discutant sur quelques forum que les personnes etant touchées par ce troubles etaient d’un niveau intellectuel assez supérieur a la moyenne

C’est grace à Internet que j’ai pu mettre un nom sur ce symptome qui m’habite depuis 14 ans. J’ai consulté plusieurs Psys mais la description de la déréalisation n’est pas aisée. Celle - ci est la conséquence chez moi d’une angoisse profonde qui remonte à la petite enfance . Une attitude de défense du cerveau qui , par cet espèce d’endormissement de l’esprit , calme l’angoisse … certainement. Tout a commençé pour moi un jour de forte angoisse dans un contexte particuler. Je note que ma déréalisation n’est jamais aussi forte que quand j’y pense …. certaines activités ou discussions distrayantes la rendent naturellement moins perceptible, c’est dire si cette emprise de l’esprit est ancré au coeur du vécu, minute par minute.
Et puis, il y a un an, la révélation : la prise de Citalopram (un anti dépresseur nouvelle génération) . Le problème vient du parfait dosage de ce médicament. Je me sentais bien avec 2 comprimés mais à la suite d’une baisse à 1 par jour, je ressens d’avantage les effets de “flottements” . Je suis persuadé que ce symptome (mais pas l’angoisse qui le crée) peut être enrayé par la chimie, j’en fait moi même l’expérience.
Laissez moi votre opinion, vos expériences … et surtout continuez à rire et à aimez les votres, c’est la meilleure façon pour s’ancrer à la réalité, et à sa vie.
denisfaz@yahoo.fr

Bonjour à tous, alors voilà j’ai presque 16 ans maintenant, et cela fait environ 1 ans que je vis dans la déréalisation, enfin je crois en être sorti depuis un bout de temps mais je suis toujours confrotés à des insomnies ou alors à des rêves permanents m’empechant d’avoir un sommeil recuperateur et de temps en temps l’impression de vivre dans un rêve. Donc tout à commencé un jour c’est à dire quand j’avais 14 ans j’ai fumer un joint bien chargé.. j’ai fait un bad trip et là.. au bout de deux jours je croyais ke tout etait redevenu normal et non… pendant le premier moi j’ai vécu l’enfer, déréalisation à mort, sensation de vivre dans un rêve très forte, peur de devenir skyzophrène, de rester bloquer à vie, de devenir fou, renfermemant sur moi même, depression, mais le pire surtout c’est que mes parents croyaient ke je leur disait n’importe koi ( je ne leur ai jamais avoué que j’ai eu un bad trip ) alors personne ne me croyait et personne ne m’a jamais cru.. Maintenant je pense que je suis à peu près sorti de ce pétrain, enfin j’en suis pas persuadé car je fume de plus en plus de joints depuis 6-7 mois donc je suis souvent défoncé alors je fais pas très bien la part des choses, mais je crois ke ce ki m’a fait sortir de cette déréalisation, c’est ma meilleure amie avk ki je suis très proche sans s’en rendre compte elle m’a vraiment aidée et j’ai pus m’en sortir et je la remercie… voilà mon témoignage c un peu flou et j’en suis dsl mais j’ai pas vraiment envie de repenser à tout ça j’avais 14 ans ça m’a quand même choqué et les galères que j’ai eu à cause d’un malheureux joint je préfère les oubliers..

Bonjour à tous,

J’ai le même problème de déréalisation chronique depuis une dizaine d’année (j’en ai 30). Pour ne pas me répéter et si ça vous intéresse, je vous renvoie à un message que j’avais posté il y a deux ans sur un autre forum:
http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID20/1526.html
Globalement, je l’ai accepté et je vis avec pour l’instant même si j’ai mes crises de rejet et de désespoir. En regardant mon cas je serais assez d’accord pour un pont entre déréalisation et anxiété (peut-être aussi choc émotionnel).

ciao

Pour m’écrire: excentris21@gmail.com (Montréal)

bonjour à tous
merci beaucoup pour ta description! c’est exactement comment je la ressens et la vis. j’avais eu un premier épisode comme ça et là sous le coup du stress, ça recommence. c’est la première fois que j’entends un tel témoignage et ça me rassure beaucoup!merci
sous anti-dépresseur depuis qlq jours, je veux me sortir de la dépression rapidement même si je suis consciente que la qualité compte plus que le temps. je suis très soutenue par mon fiancé et mes amis

Bonjour,
C’est avec un grand intérêt que j’ai récemment découvert ce blog. Je suis psychologue et travaille actuellement à ma thèse de doctorat dont le sujet porte sur les troubles dissociatifs, et notamment la dépersonnalisation et la déréalisation. Le sujet de mon travail est l’étude du vécu, du ressenti et des conséquences que les troubles dissociatifs engendrent dans le quotidien des personnes souffrant de dépersonnalisation et/ou de déréalisation. En effet, bien que depuis quelques années la dépersonnalisation/déréalisation (DP/DR) est un sujet de plus en plus étudié, il n’en reste pas moins que plusieurs problèmes persistent encore à l’heure actuelle :

- les troubles dissociatifs restent encore mal connus des professionnels de la santé et par conséquent mal compris et mal diagnostiqué
- les études portant sur les troubles dissociatifs sont trop souvent, et presque exclusivement, axées sur le point de vue du professionnel (psychiatre, psychologue, psychothérapeute,…). En effet, aucune étude ne s’est encore attaché à rendre compte du point de vue de la personne souffrant de DP/DR.

C’est pour ces raisons que j’ai décidé de travailler sur la DP/DR en prenant le parti d’étudier ce trouble dissociatif sous l’angle du vécu et du ressenti, et ce en m’entretenant directement avec les personnes souffrant de DP/DR.
Cette étude devrait permettre d’offrir une nouvelle manière de voir et de concevoir la DP/DR: autrement dit, de ne plus s’attacher à simplement énumérer les différents symptômes de la DP/DR (tels que cela se fait dans les études actuellement), mais au contraire de rendre compte de ce qu’est réellement la DP/DR lorsqu’on la vit « de l’intérieur », des conséquences que cela engendre au niveau relationnel, émotionnel, affectif, familial, professionnel, … Parler du quotidien de la maladie et de ses conséquences, c’est aussi parler de la qualité de vie suite à l’apparition des premiers signes, de ce que la DP/DR a changé dans la vie de chacun, des différentes manières de vivre la DP/DR, des différentes manières de s’adapter à la DP/DR pour faire face à la nouvelle réalité qu’elle impose.
Voilà en quelques mots l’orientation de mon travail.

Si je porte un si grand intérêt à ce blog, c’est que pour la première fois je trouve réuni des personnes touchées par la DP/DR échangeant précisément sur ce que c’est que vivre la DP/DR de l’intérieur et de ce que c’est que de la vivre au quotidien.
Je me permets ainsi de donner une adresse e-mail où me joindre pour les personnes qui seraient intéressées à participer à cette étude ou qui souhaiteraient plus d’informations.
L’adresse où me contacter est : beyann07@yahoo.fr

Salut Beyann , écoute premièrement ,ce n’est pas une maladie …
C’est plus un trouble du pré-conscient…..
du psychique….. un étât…..
c’est un peu comme si à un moment donné ,(inconsciamment),tu te dis:et merde,je me refuse à vivre dans ce monde,celui que je ne veux plus fonctionner dedant…et inconsciamment tu te foue là dedans…
c’est un mécanisme de défense psychique!
C’est possible d’en sorrtir!!! SANS MÉDOCS!!!!!!!!!!!!!!!
La psychanalyse m’aide ÉNORMÉMENT!!!
(et dieu que j’en ai essayé des trucs contre ca!!!)
c’est comme faire un suicide de sa vie, d sa propre réalité de merde!!!mais tout ca a l’intérieur de soi)))
bon …si tu veux discutter…écrit-moi…j’en connais long sur ca…moi , ca fait 11 ans,comme je l’ai écrit plus haut…
depuis ma psychanalyse…que je suis toujours dailleurs,,,je reconnecte vraiment,c fou…!
ca prend un psychanalyste expérimenté,et qui a de l’études!!!beaucoup d’études…pas n’importe lequel des charlatants….
allez,bonne chance tout le monde…n’hésitez-pas à communiquer avec moi…..
à bientôt!!!
La vie est belle…!

SAlut à tous,

Le symptôme que vous décrivez semble assez caractéristiques de la société occidentale, il me semble.

Question : avez-vous envisagé l’éventualité de lâcher votre vie dans vos pays respectifs, et aller à la rencontre d’autres cultures, dans d’autres pays ? Des pays peut-être moins avancés technologiquement, mais ou la partie spirituelle qui est en chacun de nous n’est pas bafoué ou ridiculisé ? Et je ne parle pas de concepts aussi abstrait que Dieu. Je parle d’harmonie avec la Nature, de vivre selon des valeures simples, de vivre dans un milieu qui soit moins artificiel que celui est est le notre…

Je suis passé par les troubles évoqués sur ce blog. J’ai suis alors parti, seul, un an en Australie, un pays qui reste relativement vierge encore…… Le mode de vie y est profondément différent, les gens que vous y rencontrez me paraissent bien plus censé que ceux d’ici….

Voyagez, découvres les autres, abandonnez ce qui ici ne vous sert pas…. J’ai compris, depuis que je suis revenue en France - retour provisoire, bien évidemment - combien notre mode de vie était apte à remplir les cabinets psychiatriques…. un environnement artificiel ne peut rien donner de bon. L’être humain appartient au reigne Naturel, pas Mécanique.
Accésoirement, sortir du mode de vie à l’Occidental permets de bien mieux le comprendre…. et la compréhension est, selon moi, la clé de le guerison de tout trouble psychologique…

Ceci n’est qu’un avis personnel, évidemment.

Fred.

Bonjour,

Bonjour,

Je souffre , je pense de déréalisation.Celà fait 6 ans que j’essaie de
mettre un nom sur ce phénomène qui me hante 24h/24.J’ai appris à vivre avec,
mais c’est pas facile et j’aimerais m’en débarrasser.
Pour moi celà s’accompagne aussi d’autres symptomes génants, ce qui fait que je
ne sais pas si je souffre réellement de déréalisation, finalement , ou d’autre
chose.En fait mis à part que j’ai l’impression de vivre dans un monde irréel,
j’ai l’impression que ma vision est affectée et que les images que je vois sont
comme saccadées, j’ai du mal à lire, je suppporte mal le bruit et la pénombre…

bref, seriez vous d’accord de parler de tout celà avec moi? sur sagina@free.fr

Je recommence à avoir espoir, car depuis hier soir,j’ai trouvé sur internet des
gens qui vivent ça et je pense ( et j’espère )avoir mis un mot
sur mes troubles qui durent depuis 6 ans. :-)

A bientôt j’espère de tout coeur me sortir de “ça”

Hello!

Je voudrais répondre a Fred, sur le fait de voyager pour se libérer de son mal. Je suis entièrement d’accord avec toi. D’ailleurs, beaucoup de personnes font ca!

Malheuresement, il faut aussi se procurer les moyens de voyagers, de partir… Je penses aussi que la déréalisation est lié à la monotonie, et donc, par conséquent, au manque de découverte. Dans un environnement bétonné comme le notre, nous ne faisons pasde découverte, les choses changent, mais, changent de la meme facon (par exemple, on détruit un immeuble pour en construireun autre).

Je suis aussi entièrement d’accord sur la compréhension. Mais, ne tentons nous pas decomprendre notre existence en état de déralisation/dépersonnalisation?! Comme on peut le cité, les questions que l’on pose fréquemment sont lié à notre existence (qui suis-je? ou suis-je? ou vais-je?!) … La nature peut nous aider, revenir aux sources primaires, à la vie.

Allez, tout ca pour dire que je suis d’accord avec toi, Fred, si nous voulons guérir de notre mal, il faut renouer avec un monde plus libre, ou la journée n’est pas une copie du jour d’avant, et ainsi de suite…

Asmo-d

Courage a tous la déréalisation n’est pas une fatalité, moi je m’en suis sortir de ce coté la j’ai réussi a retrouver une perception normale du monde. Cependant a peine ca a été terminé que j’ai eu d’autre troubles d’ordre psychologique donc pour moi c’est lié.

Nico

Hell-eau,

M’est avis que la déréalisation n’est qu’un terme commun pour exprimer un mal qui peut être issu de causes fort différentes voir de causes multiples. En effet, on parle autant ici des “nausées” existentialiste, des protection contre l’angoisse que des fuites de la consciences face à l’hypersensibilité. Pourtant, le garcon intuitif que je suis (j’analyse les sensations produites par chaque émotion, chaque choc, chaque déprime, bref tente d’établir des lien sensation/reflexion/humeur/libido) pense qu’il s’agit la de phénomènes fort différents donnant lieu à des effets similaires et regroupé sous un même terme. Les solutions sont donc sans doutes aussi différentes.

Je pense que dans tout les cas, pour reprendre gout au présent, il faut rêver d’avenir et non ressasser hier avec outrance. Il faut s’entourer d’amour, et pas de n’importe lesquels. Il faut nourrir avec équité son corps en sensations et son esprit en découvertes. Il faut faire du sport (ca à l’air idiot comme ca hein? je vous assure que ca marche…). Il faut plus qu’accepter de ne pas tout comprendre, il faut le décider. Il faut s’entourer aussi de gens simple (j’ai dit ‘aussi’), comprendre et prendre ce qu’ils ont a apprendre (sisi c’est tres réfléchi). Et par dessus le marché, il faut souffrir…
souffrir d’amour
souffrir de ne pas savoir quoi faire
souffrir d’être sans le sous
Et se rapeller, qu’avant de se laisser vivre, on est en devoir vis à vis de ceux qui tiennent a vous de survivre et d’apporter.

Personelement, pour calmer ce dégout ou plutot cette distance généralisée par rapport au présent et à la réalité j’ai quitté confort, assurance, sécurité… pour vivre dans la merde, la découverte et l’amour (tres important ^^). Et bien la faim, l’instinct de survie et l’obligation de vivre envers ceux qui tiennent à vous valent toutes les pillules du monde.

Vivez, et le présent vous retrouvera sans qu’il vous faille le chercher!
Bien sur nombreuses seront les rechutes… et aussi nombreuse seront les guérisons.

errata: qd j’écris amour, il faut comprendre famille, amis, moitié (chien:?)) ou tout ce qui dénotte d’une affecttion positive ^.^

Juste pour dire merci a Magic pour son commentaire du 23 juillet.

Bonjour a vous tous et bravo pour ton site.

LA déréalisation n’est pas une maladie ou plutôt c’est la maladie de la
souffrance. Il faut vivre le présent maintenant et ne pas laisser son mental nous envahir. Je suis aisni depuis 3 ans et je me bat.
Bonne chance à vous tous
Fred
frederic962@nomade.fr

une petite précision, c’est de la souffrance morale dont je parle. Il est 11h et je suis “en crise”. Je sais que c’est mon mental qui me joue des tours. Il me fait incessamment penser à ces questions. Qu’y a t’il autour de moi, est-ce réel ? Quel est ma place autour de ces gens qui s’activent ?
Je relie vos témoignages et je suis de plus en plus persuadé que c’est notre mental qu’il faut arrêter de faire fonctionner.
Je pars en tournage maintenant. On verra bien !!

bonjour à tous!
cela fait plusieurs mois que je cherche une explication à mon état(fatigue,sensation de rêver,vertiges,pression au niveau ducrâne etc…insomnies)et peut être l’ais je trouvé en lisant tous vos commentaires.Je constate que chacun exprime differement ses symptomes ses maux mais finallement ns sommes tous touchés par ce fléau qui ns hante.je souffre de ne pas me sentir reel, d’avoir peur de mourrir(parfois la sensation d’être ds un reve est si fort que j’ai l’impresion de quitter mon corps,une sorte d’apnée du sommeil)cette sensation de vertige d’avoir cette pression au cerveau et ces douleurs au cou m’empechent de vivre.
voici mon adresse msn pour tout ceux qui comme moi ont besoin d’etre rassuré.
jmedjekal@hotmail.fr

Bonsoir tout le monde,
pour ma part cela fait bientôt 3 ans que je souffre de ce trouble avec des fluctuations assez considérables. En effet cela s’est déclenché de manière insidieuse aprés la survenue de plusieurs attaque de panique. Cette impression d’irréalité s’est imposée à moi, et je l’ai dabord tout bonnement mis de côté, mais elle grandissait et la gêne qu’elle engendrait m’ont amené à la prendre en compte. Je suis passé également par des épisodes de questionnement incessant concernant le sens de la vie, la mort, l’univers, plein de choses qui en temps réel me fascinait par l’intrique qu’elles dégageaient. Désormais cet intrigue s’est transformé en angoisse et j’ai du mal à tolérer ce qui n’est pas expliqué ! C’est probablement la conséquence d’une intellectualisation permanente de l’environnement qui m’amène à ce genre de questionnement. Néanmoins avec le temps, des méthodes de TCC, de relaxation ,et beaucoup de lectures de phylosophie j’arrive à aborder ces questions de façon bien plus sereine. Le point qui me perturbe profondément est que désormais ces sensations s’imposent à moi bien que je controle mes pensées. C’est a dir que dés que je mets un pieds à l’extérieur de chez moi, qu’il fait un temps un peu grisatre , et que je ne suis pas sorti de bonne heure et que je suis rester stagner un peu chez moi , cette sensation devient trés intense et me déclenche une angoisse profonde que j’ai du mal à négocier ! Je ne sais pas pour vous , mais pour ma part ces sensations allimentent mon trouble panique et inversement, et j’ai beaucoup de mal à relativiser ces sensations…lorsqu’elles s’imposent à moi, je me sens submerger par un ensemble d’incompréhension et d’étrangeté, au point que j’en arrive à avoir la conviction que je vais définitivement déconnecter avec le monde réel qui me paraît parfois tellement loin! C’est rassurant de savoir que tant de monde souffre de ces troubles, c’est un peu plus inquiétant de voir à quel point nous avons du mal à nous en débarasser! Courage à tous

bonjour à tous. J’ai 28 ans et j’ai appris (ou plutôt deviné) de la bouche de mon psy il y a qqes semaines que j’avais souffert autrefois de déréalisation et qu’il m’arrivait encore aujourd’hui, dans des moments de flottement, d’en souffrir. Cela fait 8 ans que je vis avec. Les 3 premières années ont été à proprement parler un calvaire, je m’obstinais à n’en parler à personne, surtout pas à mes proches, pensant que ceux-ci me prendraient pour un “malade” ou, tout au mieux, ne comprendraient rien à ma souffrance intérieure. A l’époque j’ai rencontré un psy, mais très rapidement j’ai abandonné, convaincu qu’en allant le voir je faisais moi-même le constat que j’avais un problème mental. J’ai passé 7 ans à me cacher l’ évidence de mon malaise. A savoir:avoir l’impression que tout ce qui m’entoure est factice, avoir l’impression que tout est un rêve, que je crée tout ce qui m’entoure et le dirige par je ne sais quel moyen, m’interroger en permanence sur l’origine et la matérialité du monde, du cosmos, … et ne jamais parvenir à trouver une réponse claire, ferme et définitive qui m’apaiserait enfin. Un évènement précis a déclenché chez moi ce mal-être: la prise d’un produit que nombre d’entre nous semblent considérer comme inoffensif mais qui peut produire chez certains sujets dont je suis des effets dévastateurs sur le psychisme; je veux parler du cannabis. Ado et encore très jeune homme je consommais assez régulièrement;mais un après midi où mon joint devait être plus chargé qu’à l’accoutumée j’ai fait une forte crise d’angoisse accompagnée de panique, de sueurs, d’un sentiment d’étouffement… Depuis ce jour je n’ai plus jamais refumé, mais depuis ce jour aussi je ne suis plus véritablement le même. Je suis passé par de grandes et douloureuses périodes d’abattement, et je ne suis pas convaincu aujourd’hui, 8 ans après, qu’on en guérisse un jour miraculeusement sous l’effet d’un quelconque produit ou d’une quelconque thérapie. Quoique, je garde un espoir dans un coin de mon cerveau (si toutefois il en reste encore un coin qui ne soit pas en train de se poser une question du genre de toutes celles que vous avez déja évoquées ci-dessus…). C’est pas simple tous les jours mais bon. merci à vous tous de me faire partager vos expériences similaires et de me faire sentir moins seul ce soir.

Essayer de prendre de l’homéopathie , moi j’ai eu ce probleme de déréalisation pdt 3 ans jsuqu’a ce qu’un ostéopathe me conseil de prendre CANNABIS INDICA 15ch qui a pour effet de contrer les effets du canabis qui sont les symptomes de la déréa !

Je suis dans mon fauteuil, face à la fenêtre. Devant moi, un paysage très familier. Mais…
sur les arbres, les maisons, les jardins que je vois, aucune trace de mon existence, aucun signe de reconnaissance, aucune marque qui soit ma marque.
Je regarde mon mobilier. Aucun rapport entre lui et moi. Il m’ignore. Pourquoi alors porterais-je sur lui un regard empreint de quelque sentimentalité. Pourquoi devrais-je nous inventer une histoire commune ?
Oh, si j’ai pris cette habitude, n’est-ce pas parce que lorsque je me pense, je me pense dans le monde. Et lorsque je pense le monde, je m’y pense. Mais ce n’est qu’une pièce que je me joue. (sourire)

bonjour, voila moi je ne suis pas atteinte de ce trouble mais j’ai perdu la personne que j’aime le plus au monde car il ressent ces troubles. j’ai conscience que ce n’est pas facile a vivre au quotidien et c’est pour cela que j’aimerais aider cette personne a vaincre ce mal-etre qui gache sa vie et la mienne en meme temps.si quelqu’un pense pouvoir m’aider je vous laisse mon adresse mail: lydie0708@hotmail.fr merci et bon courage a tous !

Damien, ce CANNABIS INDICA 15 ch t’as t’il “guéri” car moi ca fait 6 ans que je suis dans cet état à cause du cannabis et j’aimerais bien REVIVRE. Cet état est la pire des s……….
Bon courage à tous.

Bonjour à tous ! j’ai 18 ans et moi aussi j’ai ce problème depuis juillet 2002 ça va faire bientôt 5 ans que c’est comme ça, au début ça a commencé quand je suis rentrée chez moi je n’arrivais plus à me sentir chez moi, j’avais l’impression de ne plus rien reconnître y compris ma maison, je me sentais loin de tout, comme si je ne ressentais plus les choses comme avant, il y avait comme un brouillard, un flou dans ma tête et c’était terrible je savais pas ce qui m’arrivait , j’ai essayé de l’expliquer à mes parents et à ma soeur mais ils ne voyaient pas de quoi je parlais alors ça me faisait encore + peur et cet été là j’ai pleuré tout le temps à cause de ce problème et il me fait encore pleurer des fois; il n’y a pas longtemps j’ai essayé de chercher sur internet et je vois que ce problème existe et c’est rassurant de se dire qu’on est pas les seuls à l’avoir mais ce qui me fait peur c’est de ne jamais en être débarrassée.. enfin il ne faut pas perdre espoir ,
bon courage à tous …. merci pour ce blog ça permet de voir qu’on est pas seul :)

wow c’est rassurant de voir que je suis pas la seule mais c’est aussi paniquant de voir que presque personne s’en sort.

j’ai 17 ans, je pense que ça fait vraiment longtemps que j’ai ça mais que depuis un an ça dégénère vraiment. et depuis 3 semaines c’est insupportable…

J’ai jamais pris de drogue… je suis le genre de fille qui se couche tard, j’écoute énormément de films (ironique, non?) j’étudie beaucoup… (ce qui ne veux pas dire que j’aime étudier) alors je me disais que c’était la fatigue mais c’est permanent.

Je me pose sans cesse des questions sur tout. pour moi jamais RIEN n’est sur. Quand quelqu’un dit quelque chose, je l’interprète toujours d’une autre façon. Des fois c’est un avantage, des fois c’est un handicap. Mais je ne peux plus rien apprécier car je me dit que cest peut etre pas réel.

J’ai l’impression de ne plus controler ce que je fais, que tout autour de moi est plus lent que ma pensée. Je marche par habitude et j’ai l’impression que je controle pas mes jambes alors je panique. Je me pince pour ressentir la douleur afin de me rassurer. (ce qui ne change absolument rien) des fois quand je suis très concentrée, je m’oublie et tout à coup je me réveille et la je capote en prenant conscience de ce qui m’entoure. je me regarde dans le miroir et j’ai l’impression d’avoir changé sans m’en rendre compte. Les gens que je connais m’apparaissent bizare, comme si en étant plus vraiment moi, ils ne me sont plus ausi familiers.

ça fait 6 mois que jai pas pleuré. parfois jessaie très fort parce que je sais que j’ai mal mais je n’arrive pas.

j’ai aussi des troubles de mémoire. ce qui est bizare car j’ai des bonnes notes à l’école mais on dirait que je dois fouiller extremement loin dans ma mémoire pour me souvenir. Ça m’est déjà arrivé de manger -et en avoir encore dans la bouche- et ne plus me souvenir de ce que je mangeait. Je n’ai plus aucune concentration, quand je lis un livre, parfois je dois lire la même ligne 10 fois et je ne la comprend pas. Pourtant, je lisais très bien quand j’étais petite.

Je ne vais presque jamais dehors… alors peut-être que je manque d’oxygène au cerveau… c’est ce que me dit ma mère.

J’ai l’impression d’être une “actrice” constamment. Je sais quelles émotions je dois ressentir alors je le montre alors qu’en fait, la plupart du temps, je ne ressent rien. Ça me fait extrêmement peur, je me sens comme un robot. Égoiste, hypocrite, stupide.

J’ai essayé de parler de ça à mes amies.. mais elles ne comprennet vraiment rien. elles pensent que j’ai seulement des problèmes de confiance en moi alors que ce que j’ai n’a aucun rapport avec ce qu’elles connaissent, avec ce qui est supposé être réel. Je me demande si quelqu’un qui n’en souffre pas peut comprendre comment on se sent.

J’essaie de ne pas y penser mais ça pourrit ma vie. Je veux en parler mais personne comprend parce que je remet en question des choses qui sont pour eux des faits. J’ai l’impression d’être morte, de ne plus exister. c’est atroce. je veux vivre, je veux ressentir. Quand quelqu’un me fait de la peine, j’en suis presque heureuse parce que je le sens. C’est pas normal.

voici mon email si quelqu’un a envie de parler:
[retiré par l’admin sur demande de l’auteur - contactez l’admin pour obtenir le mail]
-pas besoin d’être gêné avec moi je me gêne déjà moi-même-

J’ai pas assez développé ce que j’avais écrit , mais ce que j’aurais pu dire est à peu près la même chose que ce que tu as écrit ..et je suis fatiguée en permanence, je n’arrive plus à réfléchir, je n’arrive pas à lire, tout est mélangé dans ma tête et j’ai l’impression de ne plus rien ressentir. J’ai pris ton adresse j’espère qu’on pourra parler si tu as envie,
bon courage

Salut à tous
j’ai 19 ans et voila 2 ans que je souffre de quelque chose, mais je ne sais pas vraiment de quoi… En lisant tous vos témoignages, je me dis que je pourrais bien souffrir de déréalisation, car finallement c’est vrai que j’ai sans arrêt cette impression d’être un peu ailleurs, d’être dans un rêve. Tout a commencé un jour, après un malaise violent avec angoisse, mal de dos et tremblements. Ce malaise arrivait après une période mouvementée et fatiguante, pendant laquelle je sortais souvent, je faisais des nuits blanches, je buvais un peu dans les soirées, je fumais, je m’amusait, et où je tentais malgré tout d’assurer le travail de lycée et la préparation du bac. C’était pour moi une période fabuleuse, et j’avais l’impression de m’épanouir et de commencer à savoir qui j’étais, c’est pourquoi je ne comprend toujours pas pourquoi cette ” maladie” est arrivée dans ma vie à ce moment là.
J’aimerais savoir si je souffre vraiment de déréalisation, car même si il est vrai qu’après LE malaise j’ai traversé une période relativement longue durant laquelle je me posais diverses questions existencielles, mes soucis d’ordre physique m’inquiétaient beaucoup plus je dois l’avouer. J’ai notemment été dans un état proche de l’anémie, j’avais des tremblements récurrents, des fatigues permanentes, une tachycardie sinusale, des carences alimentaires genre hypocalcémie et manque de magnésium, un léger acouphène à l’oreille gauche, et on a découvert dernièrement que ma tyroïde était un peu grosse. Je suis actuellement sous bêta-bloquant, ce qui calme mes fatigues et mes tremblments, mais je califierai toujours mon état général d’assez mauvais.
En fait, aucun médecin n’arrive précisément à me dire d’où tous ces maux viennent ; ils me disent que mon cas est assez étrange car toutes les analyses que je fais présentent des troubles assez fréquents et peu graves, mais qui chez moi ne trouvent pas de causes apparentes…
Depuis deux ans je me bats donc pour comprendre, découvrir l’origine de cette “maladie” qui me ronge, car aujourd’hui j’ai perdue beaucoup de choses que j’avais auparavant. Je ne suis plus la même fille qu’il y a deux ans et il est évident que tout cele m’inquiète. J’aimerais donc savoir s’il est normal de souffrir de différents troubles physiques quand on est victime de déréalisation.
Je voudrais aussi émettre l’hypothèse , assez indignante peut-être pour certains, selon laquelle la déréalisation n’est pas seulement un problème mentale( d’autant que je me sens en parfaite forme et plus forte que jamais psychologiquement) mais aussi une pathologie issue d’un malaise corporel. Je ne suis qu’une ridicule étudiante parisienne en littérature et en cinéma de première année, mais je me permet d’émettre un doute sur les origines et le traitement psychologiques de la déréalisation.
La déréalisation ne serait-elle pas le résultat d’un réel problème physique?
J’aimerais que chacun me donne son idée sur la question, d’autant plus que l’hypothèse consistant à dire que la déréalité serait la manifestation d’une trop grande réflexion intellectuelle me paraît assez égocentrique, dégradante, et un peu tirée par les cheveux. Surtout en ayant la connaissance des diverses découvertes de tant de scientifiques, philosophes , écrivains et autres génies intellectuels…Je ne me veux pas du tout insultante mais je veux éveiller les esprits sur des sujets qui me paraissent intriguants et inabordés jusqu’à présent.
Merci à tous de m’avoir lue. Répondez-moi à cette adresse si cela vous intéresse: francoiseguenot@wanadoo.fr
Vous souhaitez bon courage serait à mon sens inutile ; on a pas besoin de courage mais de solution à nos problèmes, et vite. Une fois cela dit, le courage vient de lui-même. L’espoir est bien plus utile car le temps ne s’arrête pas et la vie continue malgré notre pause à nous.

Bonjour,

Je suis dans un état de déréalisation depuis 6 mois maintenant.

Je sors de 2 années de prepa et j’ai integré une grande ecole en septembre dernier. Les 2 premiers mois d’integration ont tres bien commencé avec un rythme de vie totalement décalé et tres malsain (forte consommation d’alccol, sorties presque tous les soirs, consommation de cannabis). La vie était belle, je me disais que je commencais a vivre pleinement. En parrallele, je me demandais combien de temps ca pouvait durer.. jusqu au jour ou j’ai eu ma réponse..
En début de soirée, en fumant un joint avec des amis, j’ai été pris d’une angoisse terrible, d’une sensation étrange de ne plus être dans mon corps, de ne plus rien contrôler du tout, de bientot mourrir. Mes amis autour m’apparaissaient comme étrange, et sous le poids de ces sensations, je suis rentré chez moi m’allonger. Le lendemain, tout allait bien.
Quelques jours plus tard, j’ai commencé a faire des crises d’angoisses quand je sortais de chez moi. Du jour au lendemain, j’ai arreté toute sortie, ma relation avec ma copine s’est fortement déteriorée (c’est maintenant fini avec elle..), je ne comprenais pas pourquoi les gens s’amusaient dans ces soirées, je trouvais sterile la majorité des discussions que j’avais avec les gens.. Je cherchais de la “hauteur d’esprit” dans les conversations.. Et ca continue aujourd’hui, je continue à me poser d’innombrables questions sur la nature humaine, sur la complexité de l’etre humain..
Sur le plan physique, j’ai été plongé dans un état de déréalisation: vision trouble, sentiment d’etre dans un film, etc… Cette sensation s’accompagnait de crises d’angoisse.

Je suis allé voir une psychanalyste (j en ai toujours plus ou moins ressenti le besoin), je continue a la voir, mais une thérapie, ca prend du temps..
J’ai aussi fait des analyses de sang (RAS), et dernierement, je suis retourner voir mon généraliste (homéopathe également).

Il m’a parlé de quelque chose qui m’aurait totalement rebuté il y a quelques mois, - ayant tendance à vouloir tout rationnaliser - quelque chose en rapport avec les’”Esprits”…

En gros ce phenomene de derealisation, accompagné de fatigue, toucherait principalement les personnes ayant une hypersensibilté face au monde..
je dois faire des séances spécifiques de relaxation, j en saurais plus dans le mois a venir sur cette approche..

Ouais Wilhem, fait quand même gaffe à pas tomber sur un gourou mystique à la noix.

Moi j’avais été voir un gars pour de l’hypnose Eriksonienne qui en fait me faisait des trucs de magnétisme. Un genre de guérisseur touche à tout. J’ai coupé court.

Dans ce genre de médecine alternative, la frontière avec les allumés n’est pas toujours claire. Garde ton esprit critique.

En général s’il te laisse entendre que tu as un don, que tu es différent, part en courant.
T’es en effet certainement plus intelligent que la moyenne mais t’as surtout un déréglement de ton cerveau (provoqué par une drogue dans ton cas), qui ne traite plus les affects de la même manière. C’est douloureux, handicapant. C’est pas un don, c’est une maladie.

Et non, on ne fait pas partie d’une nouvelle “génération” d’êtres humain plus “lucides”. Tout ça c’est des foutaises.

Prends soin de toi.

Oui je ne sais pas trop à quoi m’attendre..

C’est dans ces moments de faiblesse que l’on est pret a avaler un peu tout et n’importe quoi..Bref, je verrai.

Néanmoins, ne penses-tu pas, que certaines personnes sont dôtées d’une plus grande sensibilité au monde et c’est ce qui leur procure une force de création/reflexion sans pareil ?
(je ne parle pas pour moi, mais de très grands esprits: des Nietsche, JS Bach, en allant jusqu’a L de Vinci, et encore d’autres)

Salut, c’est Tiffany,

Tu sais Whilhem, je crois qu’il ne faut pas tout mélanger!

Je ne crois pas que la déréalisation et le besoin d’ “hauteur d’esprit”, dont tu parlais dans ton mail, que nous ressentons proviennent d’une plus grande sensibilité au monde ; mais c’est au contraire cette sensation de déréalisation qui nous pousse à réfléchir sur le monde et à y être nettement plus sensible qu’avant.
Seule notre souffrance nous oblige à être plus attentifs au monde qui nous entoure. Nous avons la sensation qu’on y a été obligé par une force presque surnaturelle, mais c’est totalement faux!
A mon sens, nous ne souffrons nullement psychologiquement, mais bien physiquement. Quelque chose est bel et bien malade, près de notre tête (vaisseau, kist, circulation sanguine, épilepsie des nerfs ou autres), et nous rend comme “mal irrigués du cerveau”. Nous ressentons un manque d’alimentation du cerveau, telle une asphixie qui nous fait souffrir et détraque légérement notre réflexion…C’est une hypothèse, mais totalement réaliste, mais elle est purement logique si on y réfléchie bien:
Aucun de nous, nous qui disons souffrir de déréalisation sans en être sur, ne ressent un mal de vivre, au contraire, nous adorons souvent la vie, nous ne sommes pas malheureux. Aussi, est-il utile de rappeler que Nietsche, Bach ou Zola étaient des grands malades, comme pratiquement tout le monde aux siècles derniers! Mais des malades PHYSIQUES!
Leur malaise physique entraînait quelque chose que nous devrions bien comprendre : le compensation du desespoir, de l’imcompréhension et de l’ennui par l’activité intellectuelle!
C’est malheureusement bien souvent la maladie et la souffrance, la fatalité du problème qui rendent intelligent et construit de grands génies. Il faut malheureusement être détraqués le plus souvent pour produire quelque chose d’un peu hors du commun. plutot normal, non?

Alors voila ce que je pense:
je pense que nous sommes tous malades de quelque chose dans notre corps et que les médeçins n’arrivent pas à détécter. Si vous réflechissez bien, n’avez-vous vraiment pas mal quelque part?
Je ne vous dit pas que vous devez avoir mal quelque part, je dis juste qu’en ce qui me concerne, je suis absoluement certaine d’être souffrante d’un malaise physique mal détectable mais détectable, et je trouverais ce que c’est en me démenant!

Quand on a vu des malades insultés et méprisés pendant des années et soudain guéris miraculeusement par LE chercheur qui s’est simplement un peu penchés sur eux, eh bien alors oui, là, je veux bien dire que ma “pseudo déréalisation” est bénéfique à prouver qu’en France on est loin du compte en médeçine et que beaucoup de malades se laissent trop facilement convaincre par des simples médeçins, bourrés de préjugés, comme tout le monde!

Salutations à tous! Prenez votre destin en main!
Croyez-vous sincérement que vous pourrez résister longtemps dans cette situation de déréalisation? Mais c’est de la folie! Votre vie ne va tout de même pas vous filez entre les doigts parce qu’on vous dit qu’un problème est pratiquement irréversible! Je n’y croit pas une seconde!!!

je n’ai pas lu tous ces commentaires mais apparemment ce post a le plus de succes.. et moi d’instinct aussi je m’y colle.. je pense que tu as bcp subit, le fait d’avoir enormement subit et n’avoir pas eut ou pas pu selon les occasions proposees donnees prises ou pas prises (ex. surem trop reflechies) , montrer ce que tu valais a asseoir ta presence ou definir ton statut, ne pas etre reconnu socialement pour ce qu’on est et parce que tu sais ce que tu vaut en tant qu’etre pleinement capable >en gen parce que tu a une intellegience concrete et un champ de pensees assez bien au-dela de la moyenne, le fait que l’on t’es disqualifié, aliéné, discriminé etc fait que d’une part l’apport dont tu es pleinnement conscient d’apporter par ta qualite intrinseque ou et la realité dont tu a pu faire face ou fait encore face, l’injustice que tu resents et que tu payes faisant que tu te retrouves dans l’etat déliquifié (nsp si le terme s’emploie, ou delification), en tt cas on peut avoir cete experience e vie déliquifiée, jusqu’à parfois tomber dans la depersonnalisation sensation vertigineuse et eprouvante qui peut arriver durant qq temps.. maintenant il est tres important d’etudier et de savoir si ce genre de bouffee d’angoisses aigue (c’en est une, c une crise..) est la consequence de vécu insupportable (intolerable..) soit rejeté et qui s’exprime ensuite A, AU BOUT par cette reaction ma foi tt a fait comprehensible, de l’ autre côté s’interroger si ce genre de crise perdure ou se reproduit.. c comme ca qu’on determine le coté-pile d’un ‘etre’ >le soi hors self face à l’etat: (psychose) distingué du coté-face d’un ‘etat’ à forciori non ‘etre’, >l’etat self face à soi: (nevrose)..
bon je reviens tv QI

stp, peux-tu developper ta pensée ?

Bonjours je suis etudiant en medecine en 5eme année je vis aparement la derealisation depuis 1 mois suite a la prise d’ecstasy malheureusement j’ai tt de suite consulté un psychiatre dans ma region pour lui c’est seulement un symptome des crises d’angoisses le meilleur traitement est la psychanalyse donc je vais commencer.De plus je me suis renseigner auprés d’un neuropsyhiatre qui ma repondu la meme chose.

Bonjour à tous,
après deux ans de doute sur l’origine de mes étranges maux, je peux enfin être convaincue d’une chose:je ne souffre pas de déréalisation.
Mon acouphène à l’oreille gauche, mes douleurs en bas de la tête, à gauche, mes tremblements , mes fatigues permanentes et mon impression “de ne pas être dans la réalité” ne sont pas dus à des troubles mentaux, si j’en crois le psychatre que je viens de consulter hier.
Selon lui, le fait que mon malaise ne se manifeste que d’un côté de la tête prouve que je suis génée par quelque chose de précis qui se trouve à un endroit donné, et qui existe réellement. Il m’a affirmer que si je souffrais de déréalisation, je serais comme envahie par un mal-être, de la tête jusqu’au pied, sans distinguée de gêne plus précise à un endroit du corp plutôt qu’à un autre, la déréalisation n’étant pas une maladie reconnue comme provenant de maux physiques. Or le fait que j’entende un acouphène seulement à une oreille, et le fait que je ressente “quelque chose qui ne va pas” seulement du côté gauche de la tête démontre que ma “maladie” ne provient pas de troubles psychologiques.
Au début, j’ai été rassurée, et puis très vite, je me suis sentie encore plus mal qu’avant, me disant que pour le coup j’étais plus qu’impuissante face à mon sort.
Il m’a très clairement expliqué que les différents médeçins que j’avais pu voir avaient été peu consciencieux dans leur travail, en ne recommandant pas de faire des test neurologiques et en ne m’informant pas de la possibilité d’inflammation des tissus de la zone entre l’oreille et la nuque ou d’une rupture de ligament à ce même endroit.
Je suis à la fois allarmée et rassurée par cette entrevue avec le psychatre, finalement. Je ne sais pas comment je dois prendre le fait que les médeçins généralistes sont loins du compte quand ils n’ont pas affaire à de simples angines ou de simples gastros.
Voila deux ans que je vadrouille de rendez-vous en rendez-vous, pour rien, car aucun médeçin n’avait été jusqu’à présent capable de me renseigner précisément. Je passais à chaque fois au travers du filet, car au final on ne prenait jamais mon cas au sérieux…
Alors j’en ai marre! Je viens poussée mon coup de geule ici, et peut-être que ce n’est pas vraiment le bon endroit car finalement, je ne souffre pas de déréalisation. Mais l’important c’est que j’ai crue pendant quelques temps en souffrir et cela veut dire que d’autres personnes peuvent aussi le penser, comme moi, alors que c’est totalement faux. Alors je vous le dit: la déréalisation est d’abord et avant tout une maladie mentale, mais l’impression de déréalisation peut-être due à des problèmes tout simplement physique. Il ne faut donc pas faire d’amalgame douteux entre ce qu’on croit avoir et ce qu’on a réellement. Si vous voyez que ce que vous ressentez est inssupportable physiquement, n’hésitez à penser que vous pouvez avoir ce que j’ai aussi…
J’espère que le message que j’écris pourra aider tout le monde: ceux qui vivent la déréalisation et ceux qui ne la vivent peut-être pas. Car mon message est un message qui montre du doigt la dure société dans laquelle nous vivons. Il n’y a que lorsque nous n’avons aucun problème que la société française peut nous être à peu près profitable. Il suffit de la moindre perte de vitesse pour qu’elle nous marche dessus. Plus j’ai été malade, et plus j’ai attendue les réponses de médeçins qui ne sont jamais arrivées; plus j’ai été malade et plus on osait me traiter comme une moins que rien ou une folle. Le rejet de la faiblesse dans notre société est à mon avis très grave.
Mais je crois, et c’est déjà ça, que la prise de conscience de l’existence de ce rejet de la faiblesse dans notre société est déjà le début de notre guérison à tous, qui que nous soyons…
Aurevoir et bon rétablissement à tous, je vais maintenant faire le nécéssaire pour découvrir ce que j’ai précisément et pour savoir comment me guérir.
Tiffany.

Bonjours à tous.. :-)
ouuuuuAAF quel soulagement!! le sentiment de solitude s’estompe….
tous vos témoignages sont vraiment une grande source de réconfort…

Je souffre également de déréalisation, depuis pas mal d’année déjà, et cet état mental, dont je ne rappellerais pas les symptômes, m’a poussé à énormément de choses. Pendant longtemps j’ai vraiment tous fait pour combattre cet état, je me suis bougé, je suis partie vivre loin de tous pensant que cela venait d’un sentiment de malaise par rapport à ma vie, j’ai sauté à l’élastique, pensant que c’était un manque d’imprévu, d’adrénaline, je me suis remis en question 1001 fois, le reste du monde y est passé également… Mais rien à faire, aujourd’hui encore, je découvre ce forum car je suis en “crise” total, et je me sent loin loin loin….

Alors deux hypothèse s’offre à moi, la première est que cet état est vraiment due à un sentiment de malaise, un peu comme si notre esprit et notre corps s’alarmaient pour nous signaler que l’on vie une vie qui n’est pas la notre, comme si nous avions besoin d’air, adieu le bétons, les cons, la futilité d’une société technicienne, et surtout adieu à une société dominé par le pouvoir de la peur et de la frustration…. -> dans ce cas le rôle d’un psy ne serrais que de nous faire accepter une certaine fatalité comme un formatage social au lieu d’une réel aide…

Puis parfois je me dis que c’est purement physique [je veux dire malade quoi…] et qu’un bon petit tours chez un psy me ferrais du bien, que toutes ces mises en questions ne sont que la conséquence de cette maladie, pas la cause….

en somme pour combattre cet état il apparaît plusieurs hypothèse, soit consultation psychiatrique, soit changement de vie -> autre société, soit on arrête de se manger le cerveau…

Bon désolé si je ne suis pas vraiment compréhensible quand je suis dans cet état j’ai un peu de mal à structurer mon texte…

EN REVANCHE UNE CHOSES M’INTÉRESSE:
-> je voudrais faire une petite expérience, je voudrais en savoir un peu plus sur vous tous, histoire de voir s’il n’y à pas de relation entre notre états et notre condition… peut être que cela maitra en évidence des causes à effets?

Qu’en pensez-vous?

Pour ma part:
sexe: homme
âge: 23 ans
situation : couple
travail : infographiste, illustrateur, en formation dans le domaine de la bande dessinée
localisation: milieu urbain
sport: passionné de sport de nature, mais n’en pratique malheureusement pas pour le moment.
loisirs: dessins, peinture, lecture
Signe particulier : dynamique énergique

voilà pour ma part.
Ce descriptif ne montrera peut-être rien mais peut également mettre en évidence des points commun…. ou du moin d’en savoir un peu plus…

bon j’éspère ne pas avoir été trop saoulant et surtout compréhensible…
@ bientôt
tchuus

vous avez essayé les antidéréalisateurs et les dépersolytiques ? ce sont des médicaments ki marchent assez bien… parait il ! ils marchent au bout de 3 sem de prise quotidienne et estompent les symptomes… ils inhibent les sentiments d’anxio-irréalité dépressive et libèrent les anciens sentiments… comme les antidépresseurs ..on en est pas dépendant mais on doit les garder quelques mois pour s’en débarrasser définitivement…
apres 53 ans de DP/DR , une trentaine d’année de dépression et d’anxiété et quelques tentatives de suicides et longs séjours à l’hopital psychiatrique je dois dire que ces médocs m’ont enfin guéri définitivement cé pa tro to…mé zinkiété pa … moi aussi jé pensé ke la vie cté de la merde incompréhensible et ke le monde était séparé de nous… cé pa tout a fé fo mé pa tout a fé vrai kan on va bien et kon é normal (genre comme moi matnan) on n’y pense plus et on é de nouveau connecté et cohérent avec le monde ..et c’est notre nature detre cohérent … tfacon si vous etes déréalisés vous pouvez pas comprendre… votre cerveau a été dréssé a cause de ce malaise a ne sélectionner et ne donner de crédibilité que aux informations négatives donc ca sert a rien… mé bon prenez du Derealax et du Personyl cher mais efficace …

@ZeBest ?
Heuu, t’es sur de tes références ?
Je traine sur les Forum de DP/DR anglais et j’ai jamais entendu parler de ces produits.
Aucune référence sur google non plus ?
Derealax & Personyl ? Ca parrait un peu gros quand même.
C’est comme si tu prenais du Genoulax quand t’as mal au genou …

Si t’as suivi ce traitement, je pense que tu as surtout experimenté un placebo à base d’amidon : L’essentiel est que tu t’en soit sorti.

lol… ce foutage de guel arf
je m’en souviendrais du Derealax et du personyl!!! trop marrant ce type..

ZEBESTE t’es vraiment qu’un gros con !!!
Te foutre de nous qui avons un réel probleme c’est pas trés intelligent. Je te souhaites pas de te retrouver dans cet état, tu rigoleras moins.
Pour les autres, j’ai lu sur quelques forums que la prise d’anti-depresseurs type Prozac à une dose un peu plus élévé que pour une depression pouvait estompé cette derealisation.
Il y a aussi des personnes qui ont pu s’en sortir avec du Solian(neuroleptique).
Avez vous entendu parler de ca ????

@sloogyz :

Les neuroleptiques, j’ai essayé et ça ne m’a vraiment pas réussi :

La déréalisation était décuplée, j’avais comme un filtre jaunatre devant les yeux et une fatigue incontrolable (comme apres 2 nuits blanches, les paupières comme du plomb).
Les neuroleptiques sont faits pour les gens qui ont des délires et des hallucinations : Du coup le but est de réduire l’activité intellectuelle. Ca marche même trop bien : Je n’arrivais pas a avoir un fil de pensée de plus de 3 4 pensées : Un vrai zombie.

J’ai coupé court au traitement.

Mais ce n’est que mon expérience personelle : Les gens réagissent très différemment selon leur métabolisme / leur terrain, comme tout médicament d’ailleurs.

Bonjour,

j’ai vécu un épisode de déréalisation très fort il y a 4 ans environ. Impression d’être dans un rêve, sensation d’un voile devant les yeux, d’une vitre entre son corps et le milieu extérieur.
On a beau se concentrer au maximum, tout semble irréel, même les objets que l’on touche. Bien qu’ayant gardé toutes mes capacités intellectuelles, mon esprit s’était comme détaché de la réalité.

J’ai consulté un psychiatre qui ne semblait pas bien connaître cette maladie. J’étais surtout inquiet pour 2 raisons :

- que personne ne comprenne de quoi je souffrais (et qu’on me prenne pour un malade imaginaire)
- que cette maladie dure toujours

Je me souviens que pendant cette période, une chose m’aurait rassurée plus que tout : savoir que d’autres ont vécu la même chose et qu’ils peuvent me comprendre, et bien sur savoir qu’il est possible de guérir de cette maladie.

Je voudrais simplement dire aux personnes qui sont victimes de ces symptômes de déréalisation qu’il est possible de retrouver un état normal. J’ai été malade quelques mois et aujourd’hui, je suis parfaitement guéri. Il faut garder espoir.

Et sinon, la Méthode de Linden vous connaissez ?
-> http://www.panic-anxiety.com
parait que cé bien et que cé pa de la mauvaise pub
mé fo l’appliquer à la lettre pour que ca marche

Walking Lige :

Merci pour ta réponse, tu as raison concernant les neuroleptiques, à haute dose il bloque la dopamine au niveau synaptique mais à faible dose ils ont tendance à relancer la dopamine.
En tout cas je suis prêt à tout tester, j’en ai ras le bol de cet état, je commence aujourd’hui à prendre du Prozac à une dose de 20 mg par jour, on verra bien ce que ca donne.
Je pars 15 jours à l’etranger, je vous donnerai mes impressions à mon retour.
Bon courage à tous.
Et continuons de chercher, il n’y a pas de problemes sans solutions.

J’ai trouvé un truc interressant, ca vaut la peine d’y jeter un coup d’oeil.
http://ww1.cpa-apc.org:8080/Publications/Archives/CJP/2005/february/khazaal.asp

A plus,

bonjour,

ma solitude est un peu apaisée en lisant tout ces temoignages car je souffre aussi de déréalisation et malgré mes efforts je reste dans l’imcompréhension face à mon entourage même mon psy semble dépassé. voilà mon histoire:
je me suis reveillé un jours( la veille de mon entrée au gymnase) et tout étais différent et étrange, j’avais 15 ans j’ai donc du subir la vie sans comprendre ce qu’il m’arrivais vraiment.J estime que par moment cet état comme il est d’ailleurs très bien décrit sur ce site est à la limite du supportable pour un être humain.Je suis resté environ 4 mois dans ce monde iréel avec tout ce qu’il implique et petit à petit l’état s’est estompé je percevais à nouveau la réalité normalement bien que parfois je flirtais a nouveau avec cet état mais rien à voir avec les premier mois.Il faut que je precise que je fumais pas mal de joints j ai arreté suite à cet état(fumé etais devenu impossible cela renforcais horriblement la sensation d’irréalité) mais une fois que “avais retrouvé mes esprit” j’ai recommencé à fumer.
4 ans plus tard, mon bac passé je profite pleinement de mes vacances je rentre a l’université et la tout rebascule, je m’explique:
comme au début du gymnase je ressens cet état qui se reinstalle mais cet fois ci plus insidieusement.Je decide finalement d’abandonner mes études et me retrouve face à l’innaction et à l’incertitude.J’avais oublié cet état et voilà que je suis retourné à la case départ,j analyse beuacoup je cherche a comprendre le pourquoi du comment.J’ai donc pu identifier mon trouble à ce terme de déréalisation. Est-ce lié à l’angoisse est-ce une manifestation de notre inconscient qui cherche à nous “protéger” de la réalité une sorte de sonnette d’alarme qui se traduirais chez nous par ce sentiment de déréalisation.Cogiter ne sert à rien car de toute manière nous n’avons prise sur cet état.J’ai aujour’hui 20 ans j’ai peur pour mon avenir ,peur que ca ne passe pas j en peu plus ca m’épuise psychologiquement et je parle pas des relation ssociales. les temoignages de personne disant souffrir de déréalisation depuis plusieurs années m’angoisse et c’est un cercle vicieux penser vous reéllement qu’on ne peut pas en guérir?
Cela fait maintenant 6 mois que ca dure j’ai essayer des antidepresseur car oui la déréalisation rend dépressif et non l’iverse!! ils me soulage certes mais n’enlève pas ce voile.Je prend actuellement des neuroleptique mais je ne peu pas encore concretement jugé de leurs effets.Je sais sais pas si les médicaments peuvent aidé(la première fois c’étais passé sans médoc) mais la je suis désésperé je suis prêt a tout essayer je souffre je pense même au suicide aidé moi, rassuré moi je sais que chaque cas est unique et que ce trouble est mal connu mais franchement c’est pas une vie que d’être en permanence “deconnecté”. je souhaite bon courage a tout ceux qui traverse des moments difficiles a+

La déréalisation est-elle une maladie qui se voit?

http://sergecar.club.fr/cours/exist1.htm#déréliction

lui, il lui met la misère a la déréalisation
prenez-en de la graine

+1 pour la psychanalyse, c’est du vécu.

Je souffre de ces troubles depuis 9 ans et je ne m’en suis jamais sortie!
Je ne veux pas baisser le moral de tous l’monde mais je n’ai eu que de léger moment de “lucidité”…
C’est vrai que les commentaires et les temoignages sont important, mais en resumer comment VAINCRE cette maladie ou trouble ou belle merde, comme vous voulez!!!!

merci à tous
chris

Moi aussi j’ai été victime de déréalisation , et parfois elle revient mais ce que j’ai put constaté c’est qu’elle est un des nonbreux symptome de l’anxiété , les gens qui derealisent sont des gens stréssé depuis longtemps, tellement stréssé qu’il ne se rendent plus compte de leurs stresse , pour ma part c’est un anxiolitique qui m’a permis de sortir de cette merde , accroché vous , positivez et vous vous en sortirez sans vous en rendre compte , courage !

@David :
J’ai déplacé ton commentaire vers le forum.
Tu peux suivre les réponses ici .
Merci.

Bonjour, jai 19 ans et je souffre de déréalisation depuis 5 mois, cela est surement lié a un bad trip+crise de tachycardie que jai fait en septembre avec un joint.. Depuis, sensation totale que tout ce qui m’entoure est iréel, jai vu un psy et je prends 2mg de rysperdal /jour et ca semble aller mieux car jai interiorisé mon mal et surtout mis un nom dessus.. Franchement, ce qui me dérange le plus dans cette maladie, c’est pas la sensation d’irealité, c’est plutot l’impression de plus avoir le controle sur son psychisme, c’est horrible+ les difficultés a se concentrer et les repères spatio-temporels qui sont totalement chamboulés(jvous dis pas comment c facile de gérer ca quand on est en cours d’étude) Mon psy me conseille une vraie psychanalyse mais je sais pas si ca sera utile.. Quels médicament est vraiment éfficace?

Merci, en tout cas ca fait un bien fou de savoir qu’on est pas seul et qu’on est pas fou.. En tout cas, je suis pérsuadé dun truc, c’est que les gens qui endurent cela au quotidien sont des gens trés forts psychologiquement et qu’au bout du compte ca peut que nous renforcer.. Vous aussi vous vous dites que vous ètes le plus malheureux du monde mais il y a toujours pire..

A bientot

bonsoir tous le monde je suis derealisé depuis un an il est vrai ke je suis stressé! mé j’ai la vision ki tremble des fois est-ce le cas pr vous?? c’est peut neurologique? jaten une reponse svp!!!!! bone soiré!

Bonjour,
Moi j’en peux plus!!! J’ai eu une DR permanente (avant c’était des crises) ya 3 ans et au fil des mois c’était passé (et sans médicaments).
J’avais été voir un psy pendant quelques semaines.
Mais là c’est pire je ne sais pas comment m’en sortir et l’auteur de l’article exprime exactement ce que je ressens. J’analyse tout en ce qui concerne les humains, je me dis aussi que nous ne sommes rien, juste des “espèces” comme le sont les animaux, à la seule différence que nous avons + de capacités intellectuelles. Je me sens totalement en dehors du monde, je regarde la vie comme un film et j’ai l’impression d’être mort finalement. Et je me dis que si j’étais mort le monde serait pareil, avec ou sans moi. Mais pourtant toute la planète va mourir donc c’est quoi le sens de tout ça? Qui sommes nous?
Bref que des questions comme ça et franchement j’imagine même pas l’avenir, je ne sais même pas s’il y en a un… Et peu de monde peut comprendre on croit être fou!!

une question avait vu vécu une longue période de glande ,chomage etc ,avec en plus des gens qui disparaissent des ponts qui se coupent en amitié ,avant de partir en dépersonnalisation ?

hein !!c’est incohérent ce que tu dis! dsl je pe pa te rep

Bonjour,

Juste pour dire que moi aussi je souffre de DP/DR et que j’ai eu aussi ce genre de réflexion philosophique métaphysique. Tout celà est dans un contexte de dépression et de trouble obscessionnel. Je me souviens avoir ruminer pendant des mois entiers parfois (non stop, 24/24, du matin au soir) sur la question du droit, de la légétimité de pouvoir vivre!!! Je creusais les fondements de la morale en quelque sorte, de ce qu’il “faut” ou ne “faut” pas faire. Comme tu le dis je me disais en quelque sorte que la morale n’est qu’une contruction nécéssaire de la pensée et que l’on pouvait tout décrété!!!!! Celà prenait la forme de réflexion, d’ébauche de solution puis de nouveau d’un doute: Comment être sûr d’une quelconque vérité? A partir de quel moment peut -on qualifier quelque chose de réel, de vrai? Bien sûr celà m’a fait énormément souffrir, car d’un autre coté je sentait bien que j’avais une existence et des désirs bien réels!!! Ces ruminations ont débuté il y a 2 an et demi environ, en pleine dépression (plus prise de neuroleptique inutile…). Celà m’a touché “personellement”, “intimement” pendant plus de 1 an et demi. Maintenant je sens que j’ai évolué car quand j’y repense, ca ne me touche plus, ne me concerne plus émotionnelement et je sens que je ne serais plus embarqué dans ces doutes existentiels. Par contre je continue à avoir une déréalisation plus classique, comme un sentiment d’étrangeté et de ne pas investir mentalement l’extérieur. En tout cas tes écrits me touche intimement. Et je peut te dire qu’ils ont contribués à que je parle de ces troubles à mes thérapeutes…. Au fait, si tu sais lire l’anglais, je te conseille un site: http://www.iop.kcl.ac.uk/iopweb/blob/downloads/locator/l_911_Scale3.pdf
Les anglais ont l’air plus au courrant que les francais de ces troubles…

Peut etre une solution pour vous
bonjour
moi cela fait environs 10 ans que je suis déréaliser
je suis passer par plus traitement anti depresseur etc…..
la seul chose qui ma soulager est le rivotril 2,5mg/ml
j en prend depuis 3 ans est cela ma beaucoup aider
j ai toujours des probleme de déréalisation mais beaucoup moi forte q avant
en faite je pense fortement que le probleme viens du faite que notre esprit est toujours en train de travailler
je m explique : j ai l impression d etre toujours dans la lune ,vision flou
de ce faite j ai l impression que les personnes avec qui je viens a discuter le voit est cela me rend encore plus mal
je prenais 5 gouttes au coucher
depuis une semaine je suis passer a 10 gouttes et la surprise j ai enfin l inpression de voir le bout du tunnel
je pense que je ne suis pas encore gueri mais quel bonne sensation de retrouver enfin quelques moment de realité
une petite astuce aussi:ne faite pas trop d ordinateur car on bloque souvant dessus est ce n est vraiment pas bon pour le moral
faites quelques sorti prener l air un peu d activité physique prendre l air (meme si je sais que s est pas facile a prendre sur soit mais ça fait du bien car comme ça s est notre corps qui prend le dessus sur l esprit
pout moi tous repose sur l espris(bien dans ça tete bien dans sont corps)
de plus lorsque je suis confronter a d autre personne (en reunion de travail je prend 1/2 XANAX 1/2 heure avant la reunion est je doit dire que cela ce passe beaucoup mieux q avant
je suis a la base quelque de tres anxieux
j espere que pas contribution va apporter quelque chose a certains de vous car des lecture de forum j en n est lu est je n est pas trouver beaucoup de solution
bon courage a tous est surtout ne desperait pas
bien amicalement
eric

Tout d’abord, note à l’auteur de ce blog. Bravo pour ton talent d’écrivain. Pour moi c’est déjà tellement difficile de mettre des mots, même en pensée, sur ce que je ressens. En tous cas, voilà, bravo.

Pour le reste, cela fait longtemps que j’ai des moments avec ce drôle de trouble de se sentir déconnecté. Je ne savais pas qu’il y avait un nom pour ça, ni que tant de personnes le vivaient. Depuis quelques mois c’est pire, j’ai commencé par une dépression et là je ne sais plus, quand je ne suis pas triste ou en colère, je ne sens simplement rien. Toujours ces questions existentielles qui ne mènent nulle part, mais c’est là que je suis de toute façon, nulle part. Je prends des neuroleptiques à très faible dose pour atténuer le “désespoir” dixit le médecin, et pour réduire mon “besoin” d’automutilation. Est-ce que parmi vous il y en a qui ont un trouble de la personnalité limite? Est-ce que le trouble de dépersonnalisation/déréalisation vient avec en quelque sorte??

J’aimerais faire partie du monde, comme avant. Et là c’est flippant de se sentir nulle part et ne pas être capable de revenir sur Terre (façon de parler). J’ai beau constater que plusieurs personnes vivent ça, je trouve ça paniquant, je suis en train de me perdre.

moi aussi j’ai fait 2 gros bad trip sous cannabis et déréalisation et sensations bisar crises d’angouasses etc…, mais j’ai trouver la solution, c’est la médecine oriental,pas la médecine occidental. les magnétiseur/guerriseur/energéticien il faut que vous éssayez(méthode reiki) , faite gaff ne vous faite pas avoir par les charlatans, mais sinon ça marche vraiment ces truque,avant je n’y croyait pas dutout jusqu’à ce que j’éssaye et que ça marche… moi j’ai éssayé c’est un ami a mais parent le magnétiseur , ça marche de bouche à oreil ce genre de chose , et depuis je vais beaucoup mieux smile . vous n’avez pas a vous t’inquiéter , il y à des solutions , renseignez vous sur le “falun dafa” c’est gratuit si vous êtes en galère d’argent, c’est des exercices physique chinois qui améliore la santé général et pour les truque bizards . l’acuponcture,les massage chinois, le chiqong… la médecine chinoise , c’est tout ça qu’il faut que vous visiez,informez vous . ne vous inquietez pas ça va allé , moi je me sent beaucoup mieux alors pourquoi pas vous , par contre ça va prendre du temps mais c’est pas grave.

moi je fait du “chiqong” et je vais me metre au “Falun dafa” je vous promet que c’est pas inutil ce genre de pratique,éssayé le “Falun dafa” c’est gratuit et ça marche pour rétablir la santé.

ne touchez plus au joints à vie,vous avez fait une allergie aux produits.c’est le THC et autres substances psychoactive du cannabis qui vous à fait cette mauvaise réaction.Puis aussi menez une vie saine,faite du sport,moi je me suis mis au squash.

faite passé l’info aux autres bad tripé
prenez soin de vous,bonne chance

ps:dsl pour l’orthographe horrible..

Je viens de tomber par hasard sur ce post.
J’ai connu exactement cette “derealisation” il y a environ 5 ans. Du moins les symptomes semblent concorder. Je l’avais décris à l’epoque comme une sorte de “reve eveillé” teinté de “vertiges metaphysiques”, avec moi comme “spectateur externe du monde absurde et ireel.”

Au pic de la crise, apres deux mois de derealisation permanente, je suis allé voir un medecin généraliste pour faire un bilan de santé global (je me demandais si je n’avais pas un cancer du cerveau!).
Je ne le savais pas mais ce medecin etait homeopathe. Elle m’a prescris un traitement ponctuel de 3 jours (avec du phosphorus et 2 autres que j’ai oublié), qui a eu un effet radical. Tout a disparu depuis.

Je tiens a noter que c’etait la première fois que j’utilisais l’homepathie, que je suis scientifique j’avais des a priori plutot négatifs sur l’homeopathie, mais je suis resté ouvert.

Ca vaut peut etre la peine d’essayer pour ceux atteints de ce genre de symptome (cout du traitement a l’epoque : 5€) !!

Je suis déréalisé depuis 2004.
Mon adresse : dr-dp-2004@hotmail.com

ca fait 2 moi depuis un bad je veux revenir a la realiter je veux vivre aider moi

Sergio, tu ne souviens vraiment plus des deux autres substances et les dillutions utilisées ?

Sergio , merci de vos commentaires .
Pouvez vous nous donner les coordonnées de votre médecin Oméopathe ?Notre fils semble avoir les memes symptomes .
Merci d’avance .

Merci pour cet article…
Tu exprimes avec une grande clarté ce de quoi nous souffrons…
C’est rassurant.
Personnellement, ce sont les troubles métaphysiques qui me dérangent le plus. L’obsession du matérialisme, du déterminisme…
Si je vis : il le fallait.
Si je meurs : il le fallait.
Si je pense : il le fallait.
Et il fallait que je pense qu’il le fallait…

Et bon Dieu, on pense.
Tout un tas de petits mécanismes neuronaux…
Des réactions biologiques.

Pourquoi choisir A plutôt que B ?
Qu’est-ce qui fait que je choisis A plutôt que B ?
C’est simplement mon cerveau qui choisit.
Pas moi.
Moi, je peux seulement croire que c’est moi qui choisis (la plupart des individus) ou prendre conscience que c’est seulement mon cerveau. Et rien d’autre.
Pas de libre arbitre.
Déterminisme naturel.
De plus, le déterminisme social s’inscrit dans ce déterminisme naturel…

Je crois que de toute façon, un peu de stoïcisme s’impose.
On ne change pas les choses.
Il ne reste qu’à savoir s’il est préférable de tenter de les accepter ou de les oublier.

encore merci pour l’article je m’y reconnais point par point. J’ai 16ans et depuis huit mois (après une série de crises de paniques) je vis ce problème. Et moi aussi j’ai essayé de me consoler à coup de philosophie matérialiste/naturelle/historique,après je me mets à refléchir et je me dis que la vie n’a rien avoir avec la vérité et qu’une vie épanouie est préférable à ma soi-disant lucidité intellectuelle. J’ai l’impression que je suis privé du principe même de la vie, je veux dire je ne peux plus jouir de mes sens et de mes emotions (mes sens sont faux, ainsi pense mon esprit et je me mets à ruminer sur le problème philosophique du “monde en soi” , de l’apparence, de la réalité), je me demande si j’existe, si mes parents existent, et j’ai l’impression de devenir fou! si ce n’était mes
instincts qui contrairement à mon intellect restent intact, je serai mort!
Maintenant cela devient pire, je commence à devenir confus à propos du temps et l’espace, je me sens cinglé!
Que j’aimerais me débarrasser de cette métaphysique appliquée !
Et cela me tue quand je pense à tout ce que je pouvais être, faire, des gens à connaitre, des petits plaisirs de la société et de la vie.
C’est comme si à 16ans j’ai été privé de la vie.

P.S. pour ceux qui ont pointé du bout du doigt la “societé occidentale” cela n’a rien à voir, je suis marocain, je vis au Maroc et cela ne m’empêche pas d’en souffrir.

pour ceux qui voudraient en discuter: snakeforever@gmail.com

Bonjour Mathieu
Ton article écrit le 6 juin 2007 nous as particulièrement intéréssé .
Nous aimerions savoir comment t’en es tu sorti ? Quelle methode ?
Merci de ta réponse .
Francis

bon moi ca fait plus de 10 ans que je subis ca et j’ai retrouve le reel il y’a an par hazard mais elle n’est pas reste , a cause d’une grosse periode de stress enfin bon bref maintenant je gere ,je sais que je la retrouverais,je sais que j’ai rien et vous avez rien au cerveau,c’est juste un challenge pour vous,un combat contre vous meme ….
pour avoir parcouru le net sur la dpr et drs et sur ma propre experience
quelque conseils
-arreter de cogiter(je sais c’est pas facile) ,ceci est la base ,plus vous reflichissez sur ca ,moins vous arriverez a la retrouver,c’est diabolique cette maladie car elle se mord la queue,le stress engrangeant le stress ,moi au bout de 2 ans j’ai laché l’affaire naturellement et je n’y ai plus repensé ,et je suis passer comme la plupart d’entre vous par neuro,psy,etc .
-ceux qui ont de la dpr et drs sont ceux qui reflechissent et cogitent trop sur tout .dites moi si je me trompe!donc au lieu de reflechir,agissez et diminuer vos temps de reflexion,il faut reflechir certes mais pas toute la journee
- je pense que quand meme il faut passer par un stade de medicaments pour au moins se réequilibrer psychiquement
-il faut etre determines si on veut la retrouver,ca ne feras pas avec une baguette magique ,ca doit venir de nous ……..
-faites du sport et manger equilibré
-trouvez la solution par vous meme et vous la trouverez si vraiment vous voulez retrouver la realité ,soyez positif et determines ,je sais c’est pas facile mais c’est comme ca que je l’ai retrouve
-aillez les pieds sur terre ,arreter ou diminuer litterallement votre temps passe sur les jeux videos (la vous fuyez encore plus la realite et je vous le garantie si vous decrocher pas de ca vous la retrouverez jamais)),allez vous promenez dans les parcs ,forets ,cela fait enormement du bien de se retrouver avec la nature dont vous faites parti
- moi je me suis interesse de pres au chakra ,au centre energetique et j’ai retrouve mon etat les réequilibrant ,en me reequilibrant tout court ,c’est ca la solution il faut vous réequilibrer
- j’etais voir un maitre reiki a l’epoque ,1 seance ,j’y croyais pas trop et si j’avais su,il me disait que je m’etais separés de mon aura ,c’est a dire qu’une bulle energetique censes m’entourer etait separes de mon corps a quelques distances de moi ,je le prenais pour un fou,j’y suis jamais retourne mais la claque que j’ai prise quand j’ai su qu’a l’epoque il avait raison sur toute la ligne….
- effacer vos prejuges sur ces pratiques la ,prener conscience que la vie est une illusion et que vous voyez pas tout .renseigner vous si vous voulez essayer ma solution et ne le faites pas comme moi,je m’y suis pris comme un manche au debut,alors voir des specialistes pour cela .

Tu mets des mots sur ce que je ressens mieux que je n’aurais su le faire, merci

Bonjour,
Aucun post encore en 2010, j’espère que vous allez tous mieux.
Pour moi, même bêtise qu’il y a 20 ans, un bad trip,… et réveil en déréalisation.
A l’époque que d’errances dans ma tête (folie, cancer..?) , symptômes totalement incompris par les médecins. La vue modifiée, des migraines, etc.. vous connaissez. J’ai survécu et construit ma vie pas trop mal malgré d’autres gros chagrins.
Je découvre grace au net, que ce symptome est connu et veux croire qu’il s’agit d’une reaction à une angoisse, ou à une grosse fatigue (suite à une nuit blanche), ou à une perte de repères, comme un séjour très dépaysant à l’étranger, pendantg lesquels j’au eu et facilement accepté de courtes périodes de déréalisation.
Effectivement, j’ai tjrs été décrit, hypersensible, ‘différent’ et je suis un cogiteur. Mon cortex ne doit pas trop supporter unexcès de sensations su limbique.
Qqs anti-depresseurs et anxiolytiques la moitié du temps ces 20 dernières années.
Ajd’hui, j’enrage de faire du gachis autour de moi depuis qqs jours pour ce joint. 2 jours que j’arpente le net.
38 ans, 3 enfants., un job à responsabilités.
Alors, punition, souffir en silence, c’est balot, on ne vit qu’une fois.
Je vais m’astreindre à ne pas rester au lit et essayer d’assainir ma vie stressante, reprendre le sport.
Mon généraliste a augmenté mes AD et benzo. Un anti-psychoyique est il nécessaire ?
Existe t il des psychiatres spécialisés dans des thérapies pour dérealisés?
Merci d’avance pour vos dernières infos.

Bonjour à tous,

je ne vois pas de message depuis longtemps sur ce blog et je me demande si il est encore “vivant”. Je n’ai pas lu tous les commentaires car il y en a énormément mais ce qui est sur c’est que je me reconnais bien dans les états que vous décrivez (même si maintenant c’est un peu passé, je n’en suis pas sorti complètement) , si vous voulez en parler et qu’on s’entraide comme on peut pour s’apporter des solutions (chacun ses petites techniques pour se sentir mieux…), n’hésitez pas à laisser un message.

Oui, je suis encore vivant :-)
Pour de vraies discussions, merci d’utiliser le forum plutôt que les commentaires.

HEY Sergio ! Merci pour ton post qui me rassure un peu car j’ai les mêmes symptomes que toi tu avais, mais depuis en gros 3 semaines bon moi je gère en fesant du sport et de la musique mais c’est quand même chiant ! Demain je vais chez le généraliste et inchallah on verra bien ! Je tiens à préciser que j’ai 17 ans et que cette année c’est le bac donc je voudrais quand même pas que ça dure ! Je sais que ça fait longtemps mais si on pouvait dialoguer de ça, ça m’aiderait aussi ! Mais sinon aux pour le site et les poste c’est très enrichissent !

Bonjour,
Je souhaiterais partager avec vous mon expérience au niveau de la déréalisation consécutive à des chocs émotionnels. Aujourd’hui je suis complètement sortie de ce trouble terrible. Voici comment. Si cela peut vous aider, j’en serais heureuse.
J’ai vécu par épisode au cours de ma vie des sensations étranges, comme si j’étais à coté de mes pompes… que je n’étais plus vraiment dans mon corps… Je regardais autour de moi comme si les choses n’étaient pas réelles. Un peu comme si le temps s’était arrêté, et que je pouvais observer sans m’y impliquer émotionnellement.
Mais à coté de cela, je ressentais de grosses angoisses.
J’ai réussi à réintégrer mon corps et à retrouver un sentiment de réalité, après des séances d’EMDR et d’hypnose mais aussi en énergétique (REIKI et bioénergie) car j’étais déracinée…
Les chocs émotionnels déracinent et décalent les corps énergétiques.
Aujourd’hui, je suis hypnothérapeute et praticienne en EMDR (méthode RITMO et EFT) mais aussi en énergétique…. Je vous encourage à faire retraiter vos traumatismes ou troubles existentiels, par ce biais là. En espérant que vous reintègrerez le présent au bout d’un certain nombre de séances…

moi je pence pour sortir de cette etat le seul moyen cest de ne pa ce procuper des sensation de derealisation cest dure mes cest comme sa la vie nest pa facile il faut prendre la vie comme elle vien vivez votre vie comme vous le faite avant sans doner de limportance et vous verez que un jour vous aller vous dire tien je ressent plus de la derealisation sa peu prendre des semaine comme des moi sa depend de vous cest vous la cle mes cest pa de la pholie ya des million de gens qui vive sa cest pa pour sa que il sont fou cest un mecanisme de deffence naturelle et aussi pour nous faire comprendre des chose que souvent on a pa consience la vie est bien faite

Laisser un commentaire

Ce site dispose désormais d'un forum de discussion

Si votre commentaire n'est pas directement lié à ce post, mais concerne la dépersonnalisation en général, ou si vous souhaitez partager votre expérience, merci d'utiliser de préférence le forum (aucune inscription n'est nécessaire et son utilisation est plus apprioriée à de véritables discussions).

Merci


Quelle est la capitale de la france ?