Blog Forum

Archives pour April 2008

[film] Numb

Publié par Waking-Life le 24.04.2008

Numb Merci à Katherine de nous faire découvrir ce film sur le forum.

Numb est une comédie dramatique qui parle d’un type (Matthew Perry en l’occurrence, alias Chandler dans Friends) atteint du syndrome de dépersonnalisation, qui tente tous les traitements et les thérapeutes pour s’en sortir. Il fait la rencontre d’une fille dont il tombe amoureux et qui souhaite l’aider.

Je trouve Matthew Perry assez convainquant dans ce rôle. Le film aborde bien la dépersonnalisation sans tomber dans le pathos. Le sujet est abordé avec humour et recul. Alors bon bien sûr, il y’a l’histoire d’amour à l’américaine, genre “Coup de foudre à Manhattan” assez peu crédible et qui dégouline de clichés mièvres. Mais bon, il faut au moins ça pour qu’un film sur un trouble psychologique et la dépression reste bankable.

Le film est visible ici : http://www.watch-movies.net/movies/numb/ En VO non-sous titré. Pour les moins anglophones d’entre nous (mais un peu quand même), le film est aussi dispo sur le réseau BitTorrent. Le fichier .torrent est accessible sur un serveur privé mais gratuit (avec un design qui pique les yeux) : http://www.seedmore.org/. Et les sous titres en anglais sont dispo sur DivxSubTitles.

[livre] Bonne nuit, doux prince

Publié par Waking-Life le 05.04.2008

Couverture
Je viens de terminer ce livre de Pierre Charras.

Ce bouquin est beau à pleurer (j’ai d’ailleurs pleuré plus d’une fois). Ça parle de paternité, de résignation, de non-dit et d’admiration. C’est La Gloire de mon Père pour un papa normal, angoissé et secret. L’hommage d’un homme à son défunt père.

Le style est admirable, simple et chantant. Pierre Charras, c’est un peu comme un musicien virtuose : Il maitrise parfaitement la technique de son instrument et la met au service de l’émotion. Il le fait avec tant d’aisance que ça parait presque simple, à la portée de tout le monde.

Quelques morceaux choisis :

Et j’aimerais tant que ma raison à moi aussi s’envole, mais j’ai si froid. Rien ne m’échappe. Je comprends tout. Je suis condamné à tout regarder, comme si on m’avait arraché les paupières.


Les gens ont toujours loué mon sang-froid alors que je hurlais d’effroi en silence.


J’ai vu, plusieurs fois, dans les films, les fantassins anglais avancer au-devant des tambours et des cornemuses. C’est une marche têtue. Inconsciente. Le premier rang est fauché presque aussitôt. Le deuxième devient le premier sans même avoir marqué le pas, puis c’est le tour du troisième. Nos parents nous protègent de la mitraillette. Me voilà désormais à découvert.

Magnifique.