Blog Forum

Bonjour,

Ça fait une petite éternité que je n’ai pas écrit sur ce blog. Ma DP/DR ne va pas mieux, elle stagne à un niveau minimum mais apparemment non résorbable (barbarisme assumé). Je ressens toujours peu de choses, ou bien par “pics” : Des moments de retour à la surface, avec de vivres émotions.

Je n’arrive pas vraiment à identifier les circonstances qui amènent à ces moments de reconnexion: Mais je sais que certains stimuli (musique surtout) peuvent les provoquer.

Je voudrais partager avec vous deux liens “vidéos” qui m’ont récemment fait pleurer. C’est à dire deux œuvres suffisamment puissantes en émotion (ou qui touchent le bon endroit) pour percer ma carapace. Et ce n’est pas rien.

[Slam] “For those who can still ride an airplane for the first time” (Anis Mojgani)

La première de ces deux oeuvres est un slam (à mi-chemin entre le rap et la poésie) de Anis Mojgani.
Aris est un slameur professionnel / ex champion du monde.

Ce slam est purement magnifique. Il est vibrant et exaltant, émouvant et bouillant.
Il parle d’enfance, de Dieu, de vie, de quête de sens …

J’ai récupéré une transcription (imparfaite) sur ce site. Et j’ai entrepris d’en faire une traduction approximative.

Voici le résultat de ce travail :

[For those who can still ride un airplane for the first time]
[Pour ceux qui peuvent encore faire un baptême d’avion.]

I’m thirty years old and trying to figure out most days what being a man means.
J’ai trente ans et chaque jour je tente de comprendre ce que être un homme signifie.

I don’t drink, fight or fuck but these days I find myself wanting to do all three.
Je ne bois pas, ne me bats pas et je ne baise pas, mais ces jours ci, je réalise que je veux faire les trois.

I don’t really have a favorite color anymore, but I did when I was a kid.
Je n’ai plus vraiment de couleur préférée, mais j’en avais une quand j’étais un enfant.

And back then that color was blue, and back then I wanted to be an astronaut, an artist, an architect, a secret agent, a ranger for the World Wildlife Fund, and a hobo.
Et à cette époque, cette couleur était le bleu. Et à cette époque, je voulais être un astronaute, un artiste, un architecte, un agent secret, un garde pour la WWF et un vagabond.

When I was six years old I used to always throw my clothes into my blue and yellow hot wheels car carrying suitcase and run away to beneath the dining room table.
Quand j’avais 6 ans, je jetais mes habits dans mon étui pour voitures HotWheels jaune et bleu et de fuyais loin jusque sous la table de la salle à manger.

I’ve made out with more girls than I wish I’d had and not nearly as many as I’d like to.
Je suis sorti avec plus de filles que je ne l’aurais espéré et bien moins que je l’aurais voulu.

And I’ve been in love three times so I doubt I’m going to try that anymore.
Et je suis tombé amoureux trois fois et doute donc que j’essayerais à nouveau.

And I spend most days making pictures or thinking about making pictures or masturbating or thinking about masturbating.
Et j’ai passé la plupart de mes journées à prendre des photos ou à penser à prendre des photos, ou à me masturber, ou à penser à me masturber.

And I’m trying to find God everywhere and figure this thing he made called a man.
Et j’essaie de trouver Dieu partout et de comprendre cette chose qu’il a appelé “un homme”.

And the TV tells me its bare-knuckled bombing, so I guess if I had a tank or a missile my penis would be huge.
Et la télé me parle de ces bombardements à main nus. J’imagine donc que si j’avais un tank ou un missile mon pénis serait énorme.

And thats what I want because thats what being a man means or at least thats what they keep telling me.
Et c’est ce que je veux, parce que c’est ce qu’être un homme signifie. C’est en tout cas ce qu’ils ne cessent de me répeter.

My pops, he takes care of us. He puts the garbage out twice a week.
Mon père, il prend soin de nous. Il sort les poubelles deux fois par semaine.

He drives forty-five minutes to water flowers.
Il conduit 45 minutes pour arroser les fleurs.

I sit on the bus when a seven year-old boy sits down next to me and asks me my name.
Je suis assis dans le bus quand un garçon de sept ans s’assoit à coté de moi et me demande mon nom.

“Anis.” That’s a nice name.
“Thank you, what’s yours?” Quentin.

“Anis”. C’est un joli nom.
“Merci, quel est le tien ?” Quentin.


Anis, do you want to read Robin Hood with me?
“Anis, tu veux lire Robin des bois avec moi ?”

So tell me what my fists are writing, Mr. President.
Alors dis moi ce que mes poings écrivent Mr le président ?

My fingers, they open up like gates when I type and the wind is swinging in the wake, mother fucker.
Mes doigts, ils s’ouvrent comme des portes quand j’écris et le vent se balance dans leur sillage, bordel de merde.

I lift bridges with poems and forests grow in my mother’s eyes.
Je soulève des ponts avec des poèmes et des forêts poussent dans les yeux de ma mère.

“I am looking for God, Quentin”. “While this world says ‘fuck you’ for trying.”
“Je cherche Dieu Quentin”. “Bien que ce monde me dise “va te faire foutre” pour seulement essayer.”

For this world hates your eyes, Quentin. For they are simple and pure.
Car ce monde déteste tes yeux, Quentin, parce qu’ils sont simples et pures.

And this world hates your fingers, Quentin, little like the stems of flowers. For not being able to pick up the things you have left behind, because you are still learning to do so.
Et ce monde déteste tes doigts Quentin, fins comme les tiges des fleurs, pour ne pas être capable de ramasser les choses que tu laisses derrière toi, parce que tu apprends tout juste à le faire.

I don’t drink, fight, or fuck but these days it’s only two out of those three I don’t do, Quentin.
Je ne bois pas, ne me bats pas et ne baise pas, mais ces jours ci ce ne sont que deux de ces trois choses que je ne fais pas Quentin.

And I fall in love three times, so I don’t want to, want to, but I still do, Quentin.
Et je suis tombé amoureux 3 fois, et je voudrais bien ne plus le vouloir, mais je le veux encore Quentin.

And I want to find God in the morning, in the tired hands of dusk.
Et je voudrais trouver Dieu au petit matin, et dans les mains fatiguées du crépuscule.

But, instead, I drive sixty through residential streets praying to hit a child so that they may stay forever an angel, and night and forever red and forever full of light and crayons and simple outstretched limbs
Mais au lieu de ça, je fonce à 100 à l’heure dans les quartier résidentiels en priant pour renverser un enfant, pour que pour toujours il reste un ange,
et que pour toujours il fasse une nuit rouge et que tout soit empli de lumière, de crayons et de membres ouverts.


..Trying to pick up way too much way too fast, forgetting what it means to be a person.
tout en essayant de choisir bien trop et bien trop vite, oubliant ce que “être une personne” signifie.

In a world where egos are measured with tabloids, where automobiles are like morals, where beliefs are like naps, you leave them behind when somebody touches you.
Dans un monde ou les égos se mesurent dans les magazines people, où les voitures sont comme des vertus, les croyances comme de courtes siestes:
tu les laisses derrière toi dès quelqu’un te touche.


And in a place where oil takes precedence over life, I find myself sitting on a bus, when a little boy floats down like fresh water, carrying a book I used to read and asks if I want to see what he sees if only for a little while.
Et dans un monde ou le pétrole prend plus d’importance que la vie, Je me retrouve assis dans un bus, lorsqu’un petit garçon descend du ciel comme de l’eau fraiche, portant un livre que j’ai déjà lu et me demande si je veux voir ce qu’il voit, ne serait-ce que pour un petit moment.

Then asks if I want to give to him what I see if only for a little while, then says to me he’s going to show me the world.
Puis il me demande si je veux partager ce que je vois ne serait ce que pour un instant, puis il me dit qu’il va me montrer le monde.

And starts moving his fingers beneath the words, not always noticing what is written, sometimes skipping whole sentences, sometimes skipping whole lines
Et il commence à faire courir ses doigts sous les mots, sans toujours comprendre ce qui est écrit, en sautant parfois des phrases entières, parfois des lignes entières.

because his fingers are moving fast and I wanna tell him, Slow down, Quentin.
… ses doigts bougent tellement vite que je veux lui dire: “Ralentis Quentin”

You can see it all if your finger whispers on one word.
Tu pourras tout voir si ton doigt susurre chaque mot.

Slow down and hold what you see just a little bit longer.
Ralentis et retiens ce que tu vois juste un peu plus longtemps

For in a world of fast faces, I’m looking for God everywhere, trying to figure out a little better this little thing he made called a man.
Car dans ce monde aux visages fuyants, je cherche Dieu partout, essayant de comprendre un petit peu mieux cette chose qu’il a appelé un “homme”.

Il y a des passages que j’ai du mal à saisir entièrement et certainement de nombreuses fautes d’interprétation. Toute suggestion, correction ou aide est la bienvenue dans les commentaires de ce post.

Gilbert Montagné interprète l’Hymne à l’amour de Piaf.

La deuxième vidéo qui m’a fait pleurer récemment c’est cette interprétation brillante de “L’hymne à L’amour” (de Piaf) par Gilbert Montagné.
La puissance de cette interprétation est saisissante. Je vois Gilbert différemment désormais (sans mauvais jeu de mot).

12 commentaires pour “Les choses qui me font vibrer”

C’est cool que tu revienne sur ce blog.
Ce serait sympas de pouvoir t’y retrouver régulièrement, avec ton évolution, ce qui t’a aidé les jours passés comme ici, etc …

Merci et bon courage à toi.

Je souffre aussi du méme mal, en plus faible il me semble. Ne t’arrive t-il pas d’avoir un sentiment de toute puissance, qui te donne l’illusion que tu pourrais te transformer. Atteindre dans cette transformation une sorte d’universalité, devenir le maitre de ton esprit, le maitre du temps ?

Pour la DP/DR comme tu dis, j’ai expérimenté une méthode radicale, ca s’apelle : La douleur. et ca marche trés bien.

C’est la première fois que j’écris sur ton site, je souffres aussi de DP et DR, surtout par crises, depuis bientôt 1 mois, je n’est que 16ans..

C’est hors sujet mais la deuxième vidéo ma fait Pleuré!

“…Slow down, Quentin, slow down Quentin, you don’t have to touch and go…”

And then I cried

C’est sur que ce post date un peu mais juste pour dire qu’en écoutant Gilbert Montagné ça m’a permise de sortir 5min de la DP/DR! Et merci! Quel bonheur!

Bonjour !
Ton blog est très intéressant à lire. Merci pour ces lignes…
Les deux vidéos m’ont donné le déclic : je viens de prendre rdv chez un doc du coin. Merci :)

magnifique interprétation ….merci de l’avoir partagée.
Je ne sais pas comment tu perçois tes émotions…mais tu as manifestement une grande sensibilité

Trop longtemps sans te lire…à quand le prochain article?

Bonjour

Je viens tous juste de découvrir ce blog et en même temps mettre un nom à ce malaise constant qui est en moi…
Concrètement je ne sais pas ce que je doit faire pour qu’il ce dissipe et bizarrement c’est comme si la tristesse me faisait du bien…

Pour moi cette session de Akua Naru me fait remonter tellement de chose..c’est inexplicable.

http://www.youtube.com/watch?v=Tj6LLXtZPRY&feature=share&list=LL2OiW5y0GCmdGN-koYnZZgw

Bonsoir a tous et a toutes c’est la première fois que je viens sur ce forum. Je vis ma dp/dr depuis maintenant quatre mois mais jai l’impression que ca fais des années je n’en peux plus je ne vis plus je survis. Jai l”impression d’être complètement détachée de mon corps je ne me recconnais plus ni dans la glace ni sur les photos je me demande QUI JE SUIS quand on m’appelle par mon prénom je ne me recconnais pas je dis oui pour faire plaisir je ne sens pas marcher manger me laver ect… mm les gens de ma famille je ne les recconnais pas je ne sais pas quand est ce que je vais sortir de ce trou noir ni comment mais je patiente il n’y a que sa a faire je me force a rester dans la réalité a me dire que c’est la réalité et puis chaque nouveau jour eqt dur a vivre et en mm temps jai envie de le vivre bref à tous ceux qui ont guéri du fond de mon coeur je suis tres contente à tous ceux qui n’ont pas guéri du fond de mon coeur je vous comprends et bon courage à tous ne perdez pas espoir.

Bonsoir à tous,
cela fait 18 ans que je traîne ma DP/DR. Au début cela a été très dure, crises d’angoisse sur crises d’angoisse.Cela a duré peut être 3 ou 4 ans. Jusqu’au jour où un psy m’a fait accepter ses crises et j’ai eu moins peur. J’ai réussi toutes ces années à vivre avec ses sensations d’irréalité, de voir la vie défiler sans y être réellement invitée. J’ai réussi à travailler, à rencontrer l’homme de ma vie, nous avons eu un enfant ensemble. On arrive à vivre avec même si parfois c’est dure. Aujourd’hui, j’ai décidé de vouloir m’en sortir et ai commencé un travail avec un hypnothérapeute. Cela va peut être durer longtemps mais je veux m’en sortir.
Je viens de connaître ce site. J’ai entendu parler du film NUMB qui parle de la DP/DR. Sauriez-vous à tout hasard où sur le net je pourrais le trouver en VO?
Je souhaite bon courage à tous ceux qui me liront et qui traversent cette maladie, je dirais cette merde dans laquelle on se sent si seul et si perdu. Bon courage et ne perdez pas espor!

J’ai l’habitude de lire vos billets sur les livres mais là je dois dire que ça change et ça n’est pas pour me déplaire.

Laisser un commentaire

Ce site dispose désormais d'un forum de discussion

Si votre commentaire n'est pas directement lié à ce post, mais concerne la dépersonnalisation en général, ou si vous souhaitez partager votre expérience, merci d'utiliser de préférence le forum (aucune inscription n'est nécessaire et son utilisation est plus apprioriée à de véritables discussions).

Merci


Quelle est la capitale de la france ?