Deprecated: Function set_magic_quotes_runtime() is deprecated in /home/plusjamaqn/wakinglife/forum/include/common.php on line 58
Waking Life - Forum / Mon témoignage.
Blog Forum

#1 2013-10-30 17:38:09

UnjoyDivision
New member
Date d'inscription: 2013-10-29
Messages: 4

Mon témoignage.

Bonjour à tous ! smile

Je suis tombé sur ce site par le biais d'un autre forum sur le net, et j'ai décidé d'apporter ma pierre à l'édifice.

Je suis actuellement étudiant en 3e année de droit et sciences politiques à Lyon. Je viens de Strasbourg. Je suis quelqu'un de plutôt sociable, j'ai une copine mais je n'ai pas trop d'idée de ce que je veux faire après ma licence. hmm

Présentation faite, passons dans le sujet. D'abord je sais pas je peux nommer mon cas comme étant de la DP ou DR, mais ça y ressemble fortement. Je vais expliquer pourquoi. Je ne suis pas très bon pour résumer, mais meilleur pour les récits, donc le texte qui suit sera peut être un peu trop long à lire... Dans tout les cas, je parle à la fin de ma situation aujourd'hui comparée à celle d'il y a un an, si ça vous intéresse. Et elle est positive. smile



Ma première année fut une incroyable réussite socialement parlant : tout était nouveau pour moi, la fac, la ville, les gens : bref, je découvris plein de trucs en quelques temps, et je m'épanouissais pleinement avec mes amis et ma copine. A la rentrée de la 2eme année, je repris les cours après un été tout aussi mouvementé et plaisant. cool Mais les choses hélas changèrent pour moi.

Le 18 octobre 2012, ma grand-mère mourra. C'était une personne dont j'étais très proche,  surement la personne que j'aimais le plus de ma famille. Le deuil fut dur, (même aujourd'hui il n'est pas totalement achevé) mais j'essayais de faire avec. Mais un autre drame arriva courant novembre : Ma copine tomba enceinte. Je ne savais pas comment réagir, et un dialogue de sourd s'etait instauré pendant quelques semaines avec elle. Quand elle avorta, je n'étais même pas là, pour vous dire. On s'est disputé comme jamais pendant ces quelques semaines. Bref, depuis octobre, je baddais dans mon coin en pensant à ma grand-mère et à mon (ex-)copine, avec en plus de ça le stress des examens qui approchèrent. Mais aucun signe de DP / DR jusqu'à présent. neutral


Le basculement eu lieu lors de la Fête des Lumières lyonnaise, le 8 ou 9 décembre 2012 précisément. J'étais parti en ville avec deux amis pour voir les animations et fumer quelques joints par la même occasion (je n'étais ni un petit fumeur ni un gros junkie à cette époque, pour info). Nous avions fumé 3 ou 4 joints en tout, j'étais un peu high mais pas trop, bref rien de spécial.

Mais quelque chose d'étrange se produisit. yikes

Au moment de rentrer, surement une demi-heure après le dernier joint, je m'arrête à un carrefour pour laisser passer les voitures et pouvoir traverser. Je mis mes mains dans les poches. Et là : je me commence doucement à me rendre compte que je ne sens plus mes mains. ni mes pieds. Je commence à voir flou, comme si j'allais m'évanouir (ça m'était déjà arrivé). Mes pensées se troublent. Puis grosse bouffée de chaleur : je reviens instantanément à moi et je traverse l'avenue, le tout qui dura surement 5 ou 6 secondes. Jusqu'à chez moi, une impression de tomber dans les pommes à n'importe quel moment resta. Bordel, j'étais vraiment pas bien.

Je rentre chez moi, je me couche. Ouf, le cauchemar prend fin. Je met le "quasi-malaise" sur le compte du shit, en me disant qu'il était vachement traître, de m'avoir pris en rat comme ça une demi-heure après. Je m'endormis sans encombre.

Le lendemain, rien à signaler. La journée s'écoule, et le soir, je décide de me promener dans la rue pour revoir les animations. Bis repetita : Arrivé à un carrefour, je ne sens plus mes mains, grosses bouffée de chaleur, impression de malaise etc. Merde. c'est pas normal. Je rentre chez moi en mode rasage des murs.

Les journées qui suivirent, je me rendis compte que je restais bloqué dans cet état "stone mais pas trop". Et les "quasi-malaise" devenaient monnaie courante. Pendant 1 ou 2 mois, je dormis extrêmement mal : j'avais des insomnies, et surtout des spasmes au moment où je m'endormais (vous savez, le genre de truc qui arrive une fois par mois et qui est bénin, sauf que moi c'était chaque soir). C'était affreux. Nuits blanches, et journées noires : J'avais du mal à parler aux gens, et en cours j'étais incapable d'évaluer la distance qui me séparait au prof. Mais le plus troublant, c'était mon rapport à mes mains : Je ne les reconnaissais plus comme étant les miennes. Je voyais ma main, je savais qu'elle était à moi, mais je n'arrivais pas à m'en convaincre.

Bref, après des recherches sur le net / forum, je découvrir un mal qui sembla me correspondre : la déréalisation et la dépersonnalisation. J'étais une sorte de fantôme, mais personne s'en rendait compte. hmm

Vers février / mars 2013, je commença à mieux dormir. les spasmes s'arrêtèrent, et les insomnies aussi. Mais à la place s'instaura une fatigue impossible à faire partir. Et début mars, alors que je pensais que le pire m'étais déjà arrivé : je choppa un méchant rhume, et développa des acouphènes, qui ne partirent plus. Pas des gros acouphènes méchants (j'en ai toujours eu des très faibles depuis ma naissance qui ne m'avaient JAMAIS dérangés), d'ailleurs après visite chez l'ORL, pas de trauma auditif. Juste un rhume mal soigné peut être, qui me laissa avec des acouphènes un peu amplifiés. A l''époque, c'était le truc qui m'acheva. Le cauchemar continua de plus belle.


De Décembre à Mars, puis jusqu'à Mai-Juin, je passa les pires mois de ma vie. je crois même que j'étais en dépression. J'étais sur le point de foirer mes exams, je ne voyais plus personne, je passa mon temps à glander sur mon PC, et mes acouphènes m'obsédaient jour et nuit. Alors que j'étais quelqu'un de sociable et joyeux, je suis devenu un paria reclus chez lui en l'espace de 5 ou 6 mois ! J'étais lamentable, triste, dépressif, et je ne pensais plus qu'a ma DR et à mes acouphènes. Comble du comble, je fêta mon vingtième anniversaire (un symbole pourtant, surtout pour moi ! lol ) le 29 mars sans personne autour de moi, sauf ma famille.

Aujourd'hui, je sais que je reviens de loin. L'été m'a fait un peu de bien, et j'ai trouvé la paix avec ma copine. J'ai réussi mes exams sur le fil (par je ne sais quel miracle d'ailleurs), et j'ai des nouveaux amis. Je sors toujours un peu. Les acouphènes ne me pourrissent plus la vie comme avant.

Niveau DR DP, je n'en suis pas encore sorti. Je suis toujours très fatigué et il m'arrive des "quasi-malaise" de temps à autre (surtout dans les files d'attente dans les espaces publics, ce qui me fait dire que je suis devenu un peu agoraphobe), mais les choses ont changé en mieux. smile


Pour parler de mes symptômes, je ne sais même pas si je peux appeler mon cas comme étant de la DR / DP ! Contrairement à beaucoup d'entre vous, je ne me suis jamais posé de questions existentielles. Je n'ai jamais remis en question les choses banales de la vie quotidienne (sauf peut être ma main). Aussi, je me sens très fatigué, alors que j'ai entendu des témoignages de DP/DR qui n'ont jamais eu ce symptôme.
En fait, je garde juste toujours un rapport bizarre aux choses, mais j'arrive déjà beaucoup plus à me concentrer. Simplement, j'ai un mal inconnu jusque là pour parler aux gens en groupe, en plus de me sentir plus "lourd", plus "pesant" qu'avant. Quand je marche aussi, je ne me sens pas spontané. Mes "quasi-malaises" ont toujours lieu, mais il peut parfois s'écouler un mois sans que j'en fasse un avant de revenir à des délais de jours ou semaines. Je ne sais pas quelle serait la cause, mais j'ai remarqué que je suis plus enclin à en faire après des weeks-ends / périodes de grosses chouille. Mais c'est un peu près tout, à part ça. neutral

Mon auto-diagnostique serait donc de me dire que je souffre d'un peu de DR ou DP, avec un peu d'agoraphobie et de fatigue généralisée. J'ignore si tout reviendra comme avant, mais au vu de mon remontage de pente et de la comparaison de mon état actuel à celui d'avant, j'ai espoir de retrouver mon état d'avant en laissant du temps au temps, et en arrêtant à jamais toute sorte de drogues. Bien sûr, je ne pourrai pas dire avec certitude que je suis sorti de ma "dépression" de cet hiver-printemps. Mais les choses ont changé. Je suis en train de me remettre au sport (c'est un truc qui apparemment a marché pour pas mal de monde). Je diminue la clope. Et la prochaine étape, c'est de retrouver des projets, pour retrouver cette flamme en moi, et ainsi revivre comme avant. D'après recoupement des différents témoignages, la motivation et la volonté d'en sortir sont la clef qui permettent de justement en finir. smile

J'ai aussi prévu de voir un psy prochainement, donc si quelqu'un a une bonne adresse sur Lyon, qu'il n'hésite pas à faire tourner.



Voilà, c'est un énorme pavé, mais après relecture, je ne sais toujours pas quoi enlever pour raccourcir. Mais dans tout les cas ça me fait un bien fou de coucher tout ça sur le papier. Je l'écris surtout pour dire qu'au final, avec du travail sur soi et ne surtout pas faire l'erreur de se fermer aux autres, on parvient au moins à sortir la tête hors de l'eau.

Merci à ceux qui ont lu, et bon courage à vous tous ! Si vous avez des questions et remarques n'hésitez surtout pas. smile

Hors ligne

 

#2 2013-11-18 02:27:29

Spoutnik
Member
Lieu: Paris
Date d'inscription: 2013-10-15
Messages: 10

Re: Mon témoignage.

Dans la mesures où tu n'as pas de troubles graves associés à tes sensations "bizarres", que tu n'as pas comme tu dis de préoccupations existentielles par exemple (toujours présentes chez les dépersonnalisés profonds non psychotiques), il est probable que ce que tu ressens soit l'effet conjugué de ce que tu as décrit (choc de la mort d'un proche, mauvais trip) et d'une perte de repères. A mon avis, tout ça ne sera plus dans quelques années qu'un mauvais souvenir bien vague... à condition quand même d'arrêter ce qui ne te réussit pas !

Hors ligne

 

#3 2013-11-24 20:55:51

UnjoyDivision
New member
Date d'inscription: 2013-10-29
Messages: 4

Re: Mon témoignage.

J'espère bien, dans ce cas, merci de ta réponse !

Oui, j'ai de toute façon décidé d'arrêté la drogue. pas pour moi, c'est comme ça. smile

Hors ligne

 

#4 2013-11-25 17:17:01

Eazy
Member
Date d'inscription: 2013-09-17
Messages: 98

Re: Mon témoignage.

Salut,

Je viens de voir ton message et j'ai vu que tu aimerais voir un psy, si c'est toujours le cas je peux te filer les coordonnées de celle que je vois, je suis aussi sur Lyon donc si ça t'intéresse écris moi en MP wink

Hors ligne

 

#5 2013-12-02 14:07:43

UnjoyDivision
New member
Date d'inscription: 2013-10-29
Messages: 4

Re: Mon témoignage.

Merci de ta réponse Eazy ! je t'ai envoyé un MP, dis moi si tu l'as reçu smile

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson