Deprecated: Function set_magic_quotes_runtime() is deprecated in /home/plusjamaqn/wakinglife/forum/include/common.php on line 58
Waking Life - Forum / depression indifferentr
Blog Forum

#1 2012-11-30 00:44:26

alexander
Member
Date d'inscription: 2012-05-12
Messages: 93

depression indifferentr

http://cercle-d-excellence-psy.org/OLD/ … rente.html                   Ca correspond pas mal a ce que jai pu ressentir pendant pres de 3 ans avant que ma dp/dr sameliore vraiment pourtant c'est une pathologie incurable quasiment . Quand jai lu cette article a lepoque ou jetai en plein dedans javais qu'une seule idee en tete (je vais pas mattarder dessus ) . Jetais tellement anesthesie que jen devenais indifferent a ma propre souffrance.et ca c'est terrible . A quoi bon vivre.si.on ne ressens plu rien? Bref tout ca pour vous demander si certains se.reconnaissent dans les symptomes.de cette.pathologie.apparement tres rare.et inconnu des psychiatres

Hors ligne

 

#2 2012-11-30 01:04:57

alexander
Member
Date d'inscription: 2012-05-12
Messages: 93

Re: depression indifferentr

C'est quand meme fou ,je reviens du royaume des morts ,je n'avais.presque.plu aucun espoir ! Meme si qq symptomes persistent un peu,ca na absolument rien a voir avc avant smile.Courage a tous wink

Hors ligne

 

#3 2012-11-30 07:05:02

Maminou
Member
Date d'inscription: 2012-11-21
Messages: 13

Re: depression indifferentr

Tu es un bon exemple si tu vas mieux ça nous donne espoir, car c'est très difficile de vivre sans rien ressentir ( le bon homme le mauvais ) !!! Peut être qu'il faut plus y penser et que ça part tout seul après tout les angoisse se gère je pense que plus on y pense plus elle nous quitte plus du moins des fois j'ai l'impression d'être bien j'en suis étonné et puis hop ça revient sad

Hors ligne

 

#4 2012-11-30 07:06:07

Maminou
Member
Date d'inscription: 2012-11-21
Messages: 13

Re: depression indifferentr

Comme pas homme lol ça sens le manque d'affection sinon

Hors ligne

 

#5 2012-11-30 18:23:34

alexander
Member
Date d'inscription: 2012-05-12
Messages: 93

Re: depression indifferentr

C'est pas si simple que ca ,divers zones du cerveau sont modifier dans leur fonctionnement (amygdale ,cortex prefrontal droit et gauche) par la deperso ,ainsi que des neurotransmetteur (dopamine ,serotonine ) et recepteur au glutamate et aux endorphines kappa .Pour moi la dp necessite.un traitement medicamenteux pour.que tous ca puisse rentrer dans l'ordre

Hors ligne

 

#6 2012-11-30 18:26:17

alexander
Member
Date d'inscription: 2012-05-12
Messages: 93

Re: depression indifferentr

C'est un peu une blague ce forum ,personne ne se connecte ,il faudrais.que chacun vienne genre 15 min par jour pour vraiment alimenter la convrrsation et les debats poster des articles scientifique et trouver de vrais solutions.pour ce trouble . Qu'est ce que vous en pensez?

Hors ligne

 

#7 2013-01-10 19:08:57

georges
Member
Date d'inscription: 2012-06-04
Messages: 334

Re: depression indifferentr

Je suis assez d'accord avec toi.
Moi perso ce qui me manque c'est une personne avec qui parler
Mais en tout cas une chose est sur, en France, on est pas pris au sérieux pour ce genre de problèmes.
Tous les médecins que j'ai vu ne comprenne pas.
Ce n'est pas le cas au Canada ou en Angleterre où on creuse un peu plus.
Je vous invite à regarder sur le web anglais et à traduire les pages
En tout cas vous avez mon adresse mail, je reste à disposition.


Le temps est notre allié

Hors ligne

 

#8 2013-01-11 16:52:02

georges
Member
Date d'inscription: 2012-06-04
Messages: 334

Re: depression indifferentr

alexander a écrit:

http://cercle-d-excellence-psy.org/OLD/Depression_indifferente.html                   Ca correspond pas mal a ce que jai pu ressentir pendant pres de 3 ans avant que ma dp/dr sameliore vraiment pourtant c'est une pathologie incurable quasiment . Quand jai lu cette article a lepoque ou jetai en plein dedans javais qu'une seule idee en tete (je vais pas mattarder dessus ) . Jetais tellement anesthesie que jen devenais indifferent a ma propre souffrance.et ca c'est terrible . A quoi bon vivre.si.on ne ressens plu rien? Bref tout ca pour vous demander si certains se.reconnaissent dans les symptomes.de cette.pathologie.apparement tres rare.et inconnu des psychiatres

je viens de lire l'article. je trouve ça très intéressant
moi j'ai fait le chemin inverse, tout d'abord depersonnalisation puis déréalisation puis cette forme , si je peux le qualifier de depression indifférente
en tout cas c'est sur que je ne fais plus de déréalisation
mais ce qui est sur c'est que je ne suis pas comme avant. je ressens comme tu dis , ce manque d'émotion. en particulier au niveau de ma vue où je n'éprouve plus rien quand je vois les choses.
je m'ennui terriblement et j'ai du mal à vivre
mais je sais que c'est reversible. j'ai pris de faible dose de solian qui m'ont sortis de là. néanmoins, vu que j'ai des troubles bipolaire j'ai fait une crise maniaque et on a du l'arreter. dommage , je suis revenu en arriere


Le temps est notre allié

Hors ligne

 

#9 2013-01-12 18:14:35

alexander
Member
Date d'inscription: 2012-05-12
Messages: 93

Re: depression indifferentr

Ca aide de quel point de vue le solian a faible dose?

Hors ligne

 

#10 2013-01-12 20:55:02

miyon
Member
Date d'inscription: 2012-09-11
Messages: 748

Re: depression indifferentr

"A noter l'absence totale d'efficacité des neuroleptiques, et même des atypiques."
dans l'article

Hors ligne

 

#11 2013-01-12 21:03:22

georges
Member
Date d'inscription: 2012-06-04
Messages: 334

Re: depression indifferentr

Le solian a plusieurs usages
Entre 50 et 150 mg C'est un anti de presseur
Entre 150 et 400 mg c'est antipsychotique atypique
Au dessus de 400 c'est un antipsychotique typique mais on l'utilise plus au dessus de 400 aujourd'hui.


Le temps est notre allié

Hors ligne

 

#12 2013-01-13 14:56:26

alexander
Member
Date d'inscription: 2012-05-12
Messages: 93

Re: depression indifferentr

Et tu ressentais des emotions avec lusage anti depresseur ?

Hors ligne

 

#13 2013-02-21 14:13:48

Leloue
Member
Date d'inscription: 2011-09-15
Messages: 15

Re: depression indifferentr

Alexander,

L'année dernière j'avais posté une discussion sur ce thème (copie juste après). Aujourd'hui se rajoute une année et toujours aucune amélioration! je vois un psy qui a tenté plusieurs traitements, actuellement je prends 4 effexor et un valdoxan, mais toujours rien. Ah si peut-être juste le fait d'éviter que cette absence de plaisir et ce grand vide ne tourne à l'obsession.
J'ai aussi passé un IRM mais tout est normal.
Je continue de voir ce psy, je lui ai parlé de dépression indifférente mais il ne semble pas persuadé de la réalité de cette affection.
Enfin voilà, quel autre choix que celui de continuer.


Bonjour,

Je viens sur ce site de temps en temps.
Voilà 3 ans que je souffre de plusieurs symptômes.
Selon un psy que j'ai vu je souffrirais de dépersonnalisation.
J'ai lu les témoignages des uns et des autres et je ne me retrouve pas toujours dans certains symptômes (ne plus reconnaitre la réalité, sensation étranges par rapport à son corps...)

Par contre voilà près de 3 ans que je suis totalement hermétique à tous sentiment. Je ne ressens aucune émotion, aucun sentiment, rien ne fait écho en moi. Je sens que mon imaginaire s'est totalement appauvrie.
Je n'arrive plus à ressentir l'amour que j'ai pour mes proches, les différents plaisirs de la vie, j'ai même perdu totalement l'appétit car là aussi je n'y trouve aucun plaisir.

Pourriez-vous me dire si vous aussi vous ressentez ce vide et cette absence d'affects?
Merci encore pour vos réponses.

Hors ligne

 

#14 2013-02-22 17:01:26

georges
Member
Date d'inscription: 2012-06-04
Messages: 334

Re: depression indifferentr

Je suis dans le même cas. Personnellement le cas de dépression indifférente Cole bien.
Je n'ai pas l'impression de vivre dans un rêve.
Mais plutôt d'avoir aucuns sentiments y compris pour la vue. Mais ce n'est pas un rêve.
Je pense que je vis une forme bâtarde de déréalisation, ou plutôt une forme résiduelle.


Le temps est notre allié

Hors ligne

 

#15 2013-02-22 17:21:59

Leloue
Member
Date d'inscription: 2011-09-15
Messages: 15

Re: depression indifferentr

Oui Georges ce n'est pas un rêve. C'est juste comme si on avait perdu ce qui donne sens à la vie, tout ces petits riens. Se régaler autour d'un bon repas, contempler un joli paysage et sentir au fond de soi comme un bien être, être en colère contre son patron et sentir une boule dans la gorge, être amoureux, avoir du désir, envie de quelque chose en particulier....la liste serait tellement longue!!
Je suis comme toi, je ne ressens ni sentiment, ni plaisir, ni envie. Mais est ce comme moi, car quand je dis que je ne ressens plus rien c'est aussi dans mon corps. En fait quand on a peur ou qu'on est content on a plusieurs manifestations physique : boule dans le ventre, sensation bizarre dans son corps......qui reflète notre état. Eh bien moi je n'ai rien de tout ça, rien qui m'indique mon état et ce que je peux ressentir.
Et toi?

Hors ligne

 

#16 2013-02-23 10:56:38

georges
Member
Date d'inscription: 2012-06-04
Messages: 334

Re: depression indifferentr

Salut leloue
Je suis dans le même cas que toi. Je ne ressens plus Ces ptites choses de la vie comme la colère ou la joie.
A vrai dire je n'ai plus beaucoup d'émotions. Mais plutôt des sentiments à la place.
Par définitions les émotions sont des moments très brefs qui font intervenir le corps comme tu le dis si bien.
Tout ça chez moi a disparu.
Je ne perds pas espoir . peut être que les traitements sont pour quelque chose dans tout ça. Je prends beaucoup de médicaments en effet. Ou peut être l'âge tout simplement. Je vais avoir 30 ans , c'est encore jeune me dira t'ont , mais ce n'est plus mes 18 ans.

Ce que l'on vit est peut être une forme de dépression comme le dit Alexander, tout ça est bien possible.


Le temps est notre allié

Hors ligne

 

#17 2013-02-23 14:36:07

fraginfo
Member
Date d'inscription: 2013-01-13
Messages: 390

Re: depression indifferentr

Bonjour Leloue, je connais bien ce que tu ressens:"ces ptites choses de la vie que l'on ne ressent plus", je l'ai éprouvé au début de ma déréalisation. C'est difficile de se mettre en route, ou d'agir tout court.
As-tu consulté un psy comportementaliste?
Je dois dire que j'ai commencé à retrouver ces sensations lorsque j'ai cherché à travailler sur mes émotions négatives. J'ai aussi pris conscience que mon état était dû à un trop plein d'anxiété. Or jusqu'à présent personne n'avait évoqué le mot "anxieux" à mon égard. J'ai découvert sur internet ce qu'était vraiment la déréalisation. Le fait de mettre un mot sur un trouble m'a permis de faire des recherches et de déduire qu'il existait des traitements non médicamenteux pour entrer en fusion avec moi-même. Je pratique dorénavant la relaxation ainsi que la pleine conscience. Bientôt je commence une thérapie cognitive et comportementale avec des exercices de "cohérence cardiaque" et de "pleine conscience". Ces termes ne te sont peut-être pas familiers. Si tu veux en savoir plus, il faut chercher David Servan Schreiber pour la cohérence cardiaque et Christophe André pour la pleine conscience sur internet. J'espère que mes propos ne te semblent pas trop confus et que tu vas t'y retrouver. En te souhaitant une meilleure santé
Amitié
Fraginfo

Dernière modification par fraginfo (2013-02-23 14:38:20)


Ensemble on va s'en sortir

Hors ligne

 

#18 2013-02-24 14:32:45

Leloue
Member
Date d'inscription: 2011-09-15
Messages: 15

Re: depression indifferentr

Georges,
Tu sais je ne pense pas que ce soit l'âge, moi ca m'est tombé dessus vers 29 ans et j'en ai 33 aujourd'hui.
Tu dis que tu arrives à ressentir des sentiments, il faut donc que tu t'accroches à ca! me concernant même les sentiments sont inexistants, c'est dur d'être en face d'un être cher qui souffre ou qui t'avoue son amour et être en face sans rien ressentir. Les personnes qui me cotoient te diraient que je suis avenante, sociable et pleine d'humour! eh oui c'est exactement ce que j'étais avant. Depuis ce mal j'ai remarqué que je continue à fonctionner ainsi, en fait je dirai que rien n'est ressenti, mais je suis sur pilote automatique, tout est intellectualisé, j'ai ressenti avant et aujourd'hui je fonctionne grâce à ces souvenirs.

Je voulais tout de meme savoir si vous ressentiez la faim? car pour ma part c'est aussi parti.

Fraginfo, merci pour ton message. En fait voilà 5 ans que je cherche par tout les moyens de guérir : hypnose, guerrisseur, acupunture, EMDR...rien n'a fonctionné. Aujourd'hui je suis suivie par un psychiatre qui m'a d'abord parlé de dépression mélancolique. Ce diagnostic ne m'a jamais convenu, je ne sais pas si c'est pareil pour vous, mais moi je ne ressens pas de tristesse, pas d'anxiété et pas de colère et pourtant j'aimerais tant!! donc la mélancolie c'est plutôt le contraire!!!!
J'ai commencé à prendre deux AD qui me choutaient tellement que j'ai arrêté. Puis petit à petit effexor, voilà 5 mois que j'en prends 4 par jour. Ensuite pour potentialiser effexor : valdoxan. Résultat : aucun si ce n'est disparition de ma fatigue trés handicapante. Suite : IRM, normal. Et là je dois commencer le Sifrol. En fait il s'agit d'un caché pour les parkinsoniens qui multiplie et potentialise la dopamine. J'appréhende de prendre ceci, comme j'ai été trés réticente au reste. Les effets secondaires....et surtout je sais qu'on arrive à la fin des solutions médicamenteuses. De toute façon il ya un an je me suis dit que j'irai jusqu'au bout.

Fraginfo, je connais toutes les techniques dont tu me parles, je suis aussi sensibilisée à ca. Ton expérience m'interesse. J'ai été comme toi, quelqu'un de trés angoissé. J'ai fait quelques minis dépression dans ma jeunesse et vécu beaucoup de moment d'anxiété, j'ai vu des psys, j'ai beaucoup parlé, mais rien n'a jamais calmé cette angoisse sauf depuis 5 ans où je me suis coupée de moi! Concernant le psy comportementaliste,je n'ai pas encore essayé, mais je me pose la question de cette démarche car lors des entretiens nous sommes censés parler de nous, de nos ressentis, de nos réactions vis à vis d'une personne ou d'une situation, mais que dire quand on est vide et que rien ne nous a touché ou interpeller? sur quoi travailler quand on vit dans le néant? j'aimerais que tu puisses me faire partager ton avis suite à la rencontre avec ta psy.

J'ai entendu parler de la cohérence cardiaque et j'ai lu le livre de Servan il y a des années. Concernant Christophe André figure toi que j'ai acheté le livre il y a 3 mois et j'en suis à la 6ième page il y a aussi un DVD. Je suis inscrite à un cours de yoga et j'y vais pratiquement 1 fois tous les 3 mois.
Voilà, comme tu peux le constater, je suis sensibilisée à tout ça, mais je me sens tellement prise au piège de ce mal que tout ceci me semble dérisoire. Comment t'expliquer, je reste persuadée que ces techniques sont l'un des moyens d'aller mieux mais voir toutes ces années qui passent, les efforts et l'acharnement pour trouver une solution, pour guérir et être toujours au même point, ont considérablement altérer ma motivation et l'espoir que j'avais. Donc je n'ai rien commencé de tout ca, je suis non seulement démotivée, mais aussi accablée par l'absence d'amélioration. En fait si je devais me lancer dans tout ca, je crois que je ne saurais pas par quoi commencer!!!
De toute façon, j'essaie la chimiothérapie et si cela ne fonctionne pas, j'arréterai et je chercherai vers les thérapies alternatives. Maintenant je me dis que je pourrai peut-être commencer!
Comment cela s'est passé pour toi? tes symptômes semblainet différents des miens? comment vis-tu aujourd'hui? peut-être pourras-tu me motiver à m'impliquer plus dans ces solutions alternatives?

En tout cas, merci à vous tous pour vos témoignages et vos réponses. Je crois que c'est la première fois que j'écris un message si long, mais c'est bon de savoir que l'on est pas seule, surtout quand on vit ce style de "maladie" qui est extrémement difficile à expliquer et surtout à comprendre pour l'entourage.

Merci à Georges et Fraginfo
Amitiés

Hors ligne

 

#19 2013-02-24 15:52:05

georges
Member
Date d'inscription: 2012-06-04
Messages: 334

Re: depression indifferentr

Salut leloue
Ne nous remercies pas notre but est d'apprendre et de partager. Nous échangeons sur nos troubles et nous nous sentons moins seul.
Je commence à en savoir un peu plus sur cette maladie, qui je dois dire est très complexe. Je l'appel volontiers le mal invisible.
Je pense que pour arriver à ce cul de sac nous avons employé plus ou moins tous le même chemin.
Ce chemin est l'anxiété chronique depuis l'enfance et le pense un terrain peut être un peu fragile en plus ne nous a pas aidé.

Je sais pour ma pare que lorsque le trouble a vraiment commencé j'étais très anxieux, néanmoins je ne consommais pas de drogues.
Par contre je buvais en soirée. Les médecins sont t catégoriques à ce sujet. L'ALCOOL ne cause pas ce type de troubles.

Moi je pense que ce trouble est ce que l,on appel un phénomène de conversion comme dirai Freud.
Toute notre vie nous avons été anxieux , à se préoccuper de choses inutiles qui nous tourmantaient.
Soudain la déréalisation commence. Et là hop. Plus rien n'a d'importances nous sommes comme dévitalisés de ces angoisses du quotidien. Mais à la place le mal s'est converti de manière plus ou moins physique en altérant nos facultés émotionnelles . c'est exactement comme cela que ça s'est passé pour nous tous.

Dis moi leloue comment tout ça a démarré pour toi?


Le temps est notre allié

Hors ligne

 

#20 2013-02-24 17:42:49

fraginfo
Member
Date d'inscription: 2013-01-13
Messages: 390

Re: depression indifferentr

Bonjour Leloue, je me sens très triste au récit de ton histoire, peut-être que ce qui marche pour moi ne marche pas pour toi, ou peut-être ne t'impliques-tu pas suffisamment, comme tu dis que tu n'es qu'à la 6è page du livre de Christophe André.
As-tu essayé de faire les exercices de pleine conscience qui sont sur le CD?
En fait il se trouve que la psychiatrie moderne s'intéresse beaucoup, à raison, à la "mindfulness", et qu'elle s'en serve comme méthode thérapeutique.
J'ai mis du temps moi aussi à comprendre comment je fonctionnais, et c'est à 55ans que je me rends compte que je n'ai pratiquement pas vécu dans l'instant présent, repliée sur le passé ou anticipant le futur, m'empêchant de profiter du moment présent car je n'arrêtais pas de penser qu'il était éphémère.
J'ai aussi eu toute ma vie une conduite d'évitement sans doute par histoire familiale.
Mon parcours est semé de traumatismes que j'ai pris en pleine poire parce que mon expérience émotionnelle n'était pas consolidée par des modèles  familiaux. Je suis en train de retisser ma toile et mon histoire familiale, j'ai noué des liens avec des personnes de ma famille que je ne connaissais pas et j'ai fait le tri parmi mes amis.
Je m' accommode de la solitude parce que mon mari m'a quittée et je n'ai plus mes enfants à mes côtés.
Je suis très soutenue par contre par une petite structure détachée de l'hôpital de jour en soins psychiatriques, composée de 4 infirmières adorables, je pratique avec elles de la sophrologie, du yoga, du dessin et d'autres techniques de relaxation. Quand ça ne va pas, je leur téléphone et j'y vais quand je le désire. Peut-être que c'est ce genre de structure qui te manque. Si tu as un hôpital à côté de chez toi, peut-être y a-t-il un CATTP? En tout cas, il te faudrait des personnes de confiance auprès de qui te retourner.
Pour mes symptômes, voilà: je suis extrêmement anxieuse, je me sens déréalisée jour et nuit (comme dans un film, à côté de mon corps), et j'ai des signes d'intense tension: un tic nerveux au niveau de mon pied et les dents qui grincent. Je fais pas mal d'insomnies et j'ai souvent une boule au niveau du plexus solaire.
Je recommence petit à petit à vivre: j'ai repris l'accordéon, je refais un peu la cuisine (ne parlons pas du ménage...)je recommence à lire, je prends chaque amélioration comme une bénédiction et je garde espoir. Si je pouvais te transmettre cet espoir....
Où habites-tu?
Moi j'habite à Montauban, dans le sud ouest, à côté de Toulouse.
Si tu veux, tu peux m'envoyer un  mail, je te répondrai.
Prends soin de toi.
Amitiés
Fraginfo

Dernière modification par fraginfo (2013-02-24 17:44:37)


Ensemble on va s'en sortir

Hors ligne

 

#21 2013-02-24 18:10:04

georges
Member
Date d'inscription: 2012-06-04
Messages: 334

Re: depression indifferentr

Moi aussi fraginfo ton témoignage me donne de la peine et en même temps tu t'accroches à la vie c'est beau. Je trouve que ce que tu décris dans ton texte donne de la peine. Je trouve ça bien que tu ne te laisse pas couler et que tu continues à vivre et à chercher le bonheur. Tu es un exemple pour nous tous ici.
Mais je pense que si tu arrivais à traiter ton insomnie tu irais peut être beaucoup mieux.
Toi qui est adepte de la médecine douce , je te conseille un acide aminé qui t'aidera à retrouver la forme et le sommeil.

Le tryptophane. Cela s'achète en pharmacie sous le nom de tryptocalm. Ça te fera du bien je l'espère.


Le temps est notre allié

Hors ligne

 

#22 2013-02-24 20:52:39

fraginfo
Member
Date d'inscription: 2013-01-13
Messages: 390

Re: depression indifferentr

Bonsoir Georges, merci pour ton message très touchant. En fait, depuis quelques jours ça va mieux côté sommeil, j'ai déjà essayé le tryptophane, ça ne marche pas. Je viens de faire l'acquisition d'une lampe simulateur d'aube, il paraît que c'est efficace contre les insomnies. On va s'en sortir tous ensemble.
Amitiés
Fraginfo


Ensemble on va s'en sortir

Hors ligne

 

#23 2013-02-24 23:46:19

baba
Member
Date d'inscription: 2012-12-19
Messages: 75

Re: depression indifferentr

je ne suis pas habilitée à savoir qui à besoin de quels médicaments , mais je suis parfois un peu effrayée par vos prescriptions ( il y a de quoi
voir ses émotions s'effacer ).
Tout est  chimie dans le cerveau , angoisse ou déréalisation ,
mais aussi apprentissage de la musique , bonheur etc...quand vous
apprenez la musique par exemple vous créez de nouvelles connection
dans votre cerveau . cela signifie que vous pouvez agir ( par des exercices appropriés , de thérapie cognitive par exemple ) et il est prouvé scientifiquement que cela peut avoir autant de répercussion sur la chimie du
cerveau que des médicaments (il s'agit de la neuroplasticité du cerveau)
bien entendu je ne recommande a personne d'arreter ses medications, c'est
à gérer avec votre médecin .
je propose à ceux qui ont tout essayé ou qui ont qui sont persuadés qu'il n'
y a rien a faire , un petit test .
pendant un mois , vous ne luttez plus contre la derealisation .Vous définissez ce qui est important pour vous endehors (suivre ses etudes , lire,
s'occuper de ses enfants , etc.... )
et pendant un mois vous ne gaspillez plus votre énergie à lutter contre
la déréalisation , vous partez du principe que puisque vous avez ces
symptômes, pendant un mois vous les acceptez sans vous
effrayer et sans vous en occuper et que vous aller simplement mener votre
vie le mieux possible et ne consacrer votre énergie et votre réflexion qu'au reste.
si vous partez dans des ruminations du style "mon dieu , je ne ressent rien ,
c'est bizarre je suis indifférent à tout ,qu'elle horreur " , vous vous recadrez gentillement " ok , c'est comme ça ,je le note , mais je m'occuperai de ce problème le moi prochain , la je fais avec) et vous menez vos activités du mieux que vous le pouvez .
et dans un mois on fait le point
pourquoi pas ?
chiche ...

Hors ligne

 

#24 2013-02-25 08:20:45

fraginfo
Member
Date d'inscription: 2013-01-13
Messages: 390

Re: depression indifferentr

Coucou Baba, quelle bonne idée! Je vais faire l'exercice moi aussi.Rendez-vous le 25 mars alors pour les résultats.
Bises
Fraginfo


Ensemble on va s'en sortir

Hors ligne

 

#25 2013-02-25 19:14:23

Leloue
Member
Date d'inscription: 2011-09-15
Messages: 15

Re: depression indifferentr

Bonjour à tous,
J'ai bien lu vos mails et je vois que malgré nos différences de symptômes, nous sommes  tous dans la souffrance.
Je suis assez d'accord avec toi Georges sur le fait que notre anxiété à tout balayé d'un coup. Me concernant je vivais depuis mon adolescence avec un mal être constant, beaucoup de pleurs, de ruminations, de questions sans réponse, d'angoisse, une multitude d'inquiétude, enfin tout ceci m'a souvent amené à une dépression. Une vraie dépression celle où ne fait que pleurer, où l'on se sent partir dans l'angoisse, où on se sent seule et tellement minable. Ces périodes ont été réglées à coup AD. Mais voilà, arrive alors une autre tranche de vie, encore douloureuse, souvent à cause de choix à faire, de remise en question sur sa vie......mais là on se rend compte qu'après la souffrance, il n'y a plus rien. Plus de souffrance mais aussi plus de plaisir. Enfin tout ca pour confirmer ta théorie Geoges.
Fraginfo, merci pour tes mots réconfortants et pour le partage de ton histoire. Tu as du être certainement trés forte pour reconstruire cette nouvelle vie et te battre contre la maladie, chapeau!!!! Je vois en plus que tous ces efforts te permettent de constater des améliorations, c'est important de remarquer même la plus petite once de mieux.
Baba, je suis tout à fait d'accord avec toi puisqu'au début de mes symptômes j'étais tellement paniqué de ne plus rien ressentir que je ne faisais que penser à ça!! et continuellement à chaque moment de la journée, face à une situation qui aurait du être agréable je me disais "tu vois tu ne ressens rien, tout est insipide.......). C'est fou comme on fait plus attention à la disparition de ces moments joyeux ou agréables plus qu'"au moment douloureux ou difficiles! et pourtant, j'aimerais tant ressentir la souffrance ou le stresse. Je sais que ca peut paraître fou et je sais à qu'elle point la souffrance vous ronge puisque je l'ai vécu, mais au moins on se sent vivant et on peut aussi crier, pleurer, hurler!
Donc Baba pour en revenir à ce que tu disais, peu à peu, je me suis détachée de ça. Je t'avoue que les AD m'ont aidé à prendre cette distance

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson