Deprecated: Function set_magic_quotes_runtime() is deprecated in /home/plusjamaqn/wakinglife/forum/include/common.php on line 58
Waking Life - Forum / DP/DR suite à la prise de drogue
Blog Forum

#1 2014-04-27 19:27:41

gonzo
Member
Date d'inscription: 2014-04-27
Messages: 10

DP/DR suite à la prise de drogue

Bonjour à tous, je viens de découvrir ce forum où je lis des expériences qui  semblent s'approcher de ce que je ressens depuis presque un an maintenant.

Je tenais donc à partager mon expérience (même si ça risque d'être long), car il est très rare d'être compris quand on souffre de DP/DR, j'espère également que mon témoignage pourra être utile à quelqu'un (bien qu'il est souvent trop tard quand on se retrouve sur ce forum).
Je me présente, j'ai 26 ans, j'étais jusqu'à il y a un an encore quelqu'un de très sociable, je voyageais beaucoup, je parle 3 langues couramment et j'aimais les rencontres, faire la fête, et les expériences nouvelles. Parmi les expériences nouvelles je consommais parfois des drogues: alcool, cannabis, mdma, kétamine, DMT(qui est une drogue psychélique puissante). Il y a plus d'un an j'ai eu une expérience traumatisante avec de la DMT, J'ai fais alors un voyage dans lequel je me suis vu mourir et j'ai vécu "ce qui se passait" après la mort, le temps n'existait plus, j'entendais des voix me répéter que j'étais mort, je voyais des flashs lumineux étrange, je me suis vu quitté mon corps, partir dans l'espace... Quand je suis revenu de cette expérience, j'étais persuadé que j'étais mort, ou que je revivais ma mort. Ce fut l'expérience la plus forte de toute ma vie (comparable à la naissance et à la mort justement), cela n'avait rien a voir avec toutes les expériences précédentes avec ou sans drogue, Seuls les personnes l'ayant vécu peuvent comprendre je pense sans vouloir être dédaigneux.
A la suite de ça j'ai continué ma vie pendant presque 2 mois sans trop de problème mais je m'interrogeais régulièrement sur cette expérience, et si ma mort avait réellement eu lieu. J'ai repris le travail (je travaillais autour de 60 heures par semaine à l'époque en tant que serveur dans des cafés et restos) et au bout de 1 mois et demi, j'ai commencé à faire des sortes de malaises au boulot, je n'allais pas jusqu'à tomber dans les pommes mais je devenais tout blanc, très anxieux, tremblant, suite à ça j'ai fini par démissionner de mes deux travails, mais quelques jours plus tard j'ai commencé à vivre de grosses "crises de déréalisation/dépersonnalisation". Lors de ces crises j'étais persuadé que le monde autour de moi n'était qu'une fiction, je tremblais, j'étais angoissé comme jamais, désespéré car j'avais en moi la conviction que le monde autour de moi n'était pas réel, je me sentais éloigné de tout le monde, alors que j'étais entouré, j'essayais de toucher physiquement mes proches, de les prendre dans mes bras, j'allais jusqu'à en pleurer, j'avais envie de me jeter par la fenêtre tellement c'était dur à vivre. Je suis par la suite allé voir un médecin qui m'a diagnostiqué une DP/DR puis un psychiatre qui m'a prescrit du rispéridone (3mg/jour) ce qui a calmé les crises d'angoisse morbide et de DP/DR aigües puis des antidépresseurs.

Les crises fortes se sont estompées mais depuis 9 mois ma vie est changée littéralement. JE NE SUIS PLUS LE MÊME et ce n'est pas une façon de parler. De plus je vis en permanence à me poser des questions existentielles (suis-je en vie? le monde autour est-il réel? qu'est ce que je suis?) j'ai beaucoup de mal à mettre des mots sur ce que je ressens, mais ça affecte mon quotidien. J'ai une sorte d'angoisse permanente (qui peut aller jusqu'à la crise d'angoisse ou je perds ma respiration et mes muscles se raidissent) j'ai peur en permanence que la réalité ne s'échappe devant moi, je ne me sens pas bien du tout seul dans des environnements inconnus. Parfois j'ai des troubles de la perception (comme-ci le monde autour s'éloignait, cela peut aller jusqu'à ne plus entendre ce que quelqu'un est en train de me dire, avoir l'impression que les gens sont à 10 mètres de moi alors qu'ils sont juste en face, je me sens alors ne pas appartenir au monde que je vois autour de moi)

Depuis (moi qui voyageais beaucoup) je ne sors plus de chez moi (juste pour chercher à manger ou autre nécessité), je suis attristé de cette situation mais toute sortie prolongée est un calvaire.
J'étais très sociable aujourd'hui je ne vois plus que ma famille, mes amis n'arrivaient pas à comprendre ce qu'il m'arrive. Il me disait qu'il me fallait un peu de repos, un peu de temps et que ça irai mieux forcément. Moi-même je relativisais devant eux pour leur faire croire que ça allait mieux, mais dans le fond je ne suis plus le même et je ne peux pas prétendre à reprendre la vie que j'avais auparavant.
J'ai arrêté de travaillé depuis donc presqu'un an et j'ai fait une croix sur tous mes rêves, toutes mes attentes.

En conclusion (si vous avez réussi à me lire jusque là), je regrette profondément que la DP/DR soit si méconnue. D'une part cela m'aurait peut-être permis d'être sur mes gardes avant de prendre des psychotropes puissants (j'ignorais à l'époque cette maladie et la souffrance qu'elle engendre). D'autre part cela pourrait aider les gens autour à comprendre quelle douleur (je suis allé jusqu'à penser au suicide) peut ressentir quelqu'un qui en souffre et l'impuissance à laquelle on doit faire face vis à vis de cette pathologie.

Merci à ceux qui m'auront lu, n'hésitez pas à réagir si vous vous retrouvez dans mes propos, si vous avez des conseils ou si vous sentez le besoin de partager votre souffrance.

Hors ligne

 

#2 2014-04-28 19:53:55

avicii
Member
Date d'inscription: 2012-04-30
Messages: 203

Re: DP/DR suite à la prise de drogue

Salut Gonzo, bienvenue.
On sent dans ce que tu dis une très forte anxiété. Au lieu de lutter contre la dépersonnalisation, essaie avant tout de diminuer ton anxiété, car c'est elle qui est en partie responsable de la dépersonnalisation. Il faut aussi que tu t'acceptes tel que tu es actuellement, c'est comme ça. Apprends à vivre avec ta DP pour l'instant, parce que tu ne sais pas combien de temps ça va durer...
En fait tu es dans un cercle vicieux : la DP te fait peur, et elle te rend encore plus anxieux, or l'anxiété a un grand rôle dans la DP. Le fait de s'isoler entretient ce cercle aussi.
Tu devrais, petit à petit, reprendre tes anciennes activités (voyage, travail...), cela te changera les idées.
En tout cas bon courage.

Hors ligne

 

#3 2014-04-29 12:29:42

Petite-chose
Member
Lieu: Belgique
Date d'inscription: 2008-11-29
Messages: 238

Re: DP/DR suite à la prise de drogue

Je suis d'accord avec Avicii. Il faut avant tout que tu essayes de diminuer ton anxiété et essayer aussi de continuer à avoir une vie plus ou moins normale, même si ca peut paraitre dur et frustrant.
Continue de faire des activités, et cherche absolument un moyen de diminuer ton anxiété. Ton cerveau crée ces sensations de dr/dp par protection vis à vis du monde extérieur qu'il perçoit comme une menace. Il faut que tu arrives à calmer cet état d'alerte pour reprendre contact avec tes sens de manière normale.
Moi par exemple, j'ai fais des massages une fois par semaine pour me détendre, et ca m'a fais du bien. J'ai aussi un traitement. Les antidépresseurs peuvent diminuer l'anxiété.
Les anxiolytiques aident en cas de très forte anxiété mais ils sont à éviter car ils ne guérissent pas le problème de fond, ils calment juste l'anxiété durant un certain temps, au contraire des antidépresseurs qui peuvent avoir une réelle efficacité sur le long terme.

Essaye de trouver des activités dans lesquelles tu te sens totalement ou presque bien. Qu'importe l'activité. Ça peut être des cours de guitare comme des cours de peinture... Du moment que ça t'apaise et que ça te permet de reprendre un contact sain et paisible avec la réalité.

Mais comme Avicii l'a dis et que je dis aussi, le primordial est de diminuer l'anxiété, qu'importe le moyen que tu utilises (je ne parle pas évidemment des consommés des drogues hein).

Je pense que ton expérience avec la drogue et tes nombreuses heures de boulot t'ont épuisé mentalement. Peut-être que voir un psychologue ou faire parti d'un groupe de discussion pourrait te faire du bien dans le sens où tu pourrais extérioriser tes peurs en ce qui concerne cette expérience traumatisante. En tout cas, j'ai l'impression que ça te travaille encore beaucoup, et il pourrait être utile d'essayer d'exorciser la chose. Peut-être que l'hypnose ou la sophrologie dans ce cas là pourrait te faire du bien.

Je te conseille aussi de te faire suivre par un psychiatre, qui pourra te soutenir et te suivre dans tes projets pour aller mieux.

Je te souhaite en tout cas beaucoup de courage. Tu peux t'en sortir wink

Hors ligne

 

#4 2014-04-30 12:09:02

Eazy
Member
Date d'inscription: 2013-09-17
Messages: 98

Re: DP/DR suite à la prise de drogue

Bonjour Gonzo,

Je viens de voir ton message et ce que tu décris est effectivement de la bonne DP/DR bien hardcore. D'abord, je voudrais te dire qu'il ne faut pas minimiser les effets de ce badtrip que tu as éprouvé suite à ta prise de drogue, cette expérience est véritablement traumatisante, et je t'invite à te renseigner sur les effets du stress post-traumatique, ça pourra t'éclairer sur ce que tu vis en ce moment.
Je comprends tes doutes, tes questionnements, cet éloignement du monde réel, mais garde en tête que ce sont simplement les effets dus à ce traumatisme, c'est comme si le badtrip continuait.
Evidemment que tu n'es pas mort, sinon comment ferait-on pour lire tes messages sachant qu'on est tous bien vivants smile ? Mais cette expérience a été si traumatisante que tu as craqué, elle s'est ancrée en toi et tu n'arrives pas à la surmonter. C'est normal, comment arriver à rester serein après s'être senti mourir ? N'oublie pas que les drogues ont pour but de nous éloigner de la réalité, et que ce qu'elles nous font vivre n'est en aucun cas la vraie vie, sinon ça servirait à quoi de se droguer ? Quand on prend des drogues c'est justement pour partir en trip...Ton cerveau a pris un coup, ton psychisme aussi, et tu as besoin de te reconstruire après cet "anéantissement".
Tu dis avoir pris des drogues à plusieurs reprises, et tu dois être bien accroché pour ne pas avoir péter un plomb avant, ça montre que tu as de bonnes ressources en toi et que tu as la tête sur les épaules. Seulement voilà, parfois il suffit d'une fois, la dose peut être trop forte, on peut être dans une période particulière, et là c'est le cocktail  explosif et on n'arrive plus à remettre les pieds sur terre comme d'habitude.
Au fond de toi tu es toujours le même, c'est simplement ta vision du monde qui a été bouleversée (et encore une fois, c'est parfaitement normal après ce que tu as eu la sensation de vivre). Donc ça va certainement t'amener à faire des remaniements, déjà par rapport aux drogues, ensuite tu vas peut-être perdre une certaine insouciance, une certaine légèreté, et être plus raisonnable. Ça peut être positif au final !
Le chemin est long, mais tu peux y arriver, tu peux retrouver goût à la vie, simplement il ne faut pas t'enfermer dans cette expérience et la ruminer comme si elle avait été réelle. TU ETAIS SOUS DROGUE, j'insiste là-dessus parce que c'est important que tu gardes en tête que ton cerveau était déconnecté et en trip total.
Bref, après ce long pavé je te souhaite bon courage, comme les autres l'ont dit c'est important que tu apaises ton anxiété, ça prendra du temps, mais ça se fait et on en sort plus aguerri smile

p.s : les médocs c'est bien, mais ça ne t'aidera pas à guérir de ce traumatisme, alors parles en avec un psychologue, le mieux serait qu'il s'y connaisse en drogues ou en stress post-traumatique. Courage !

Hors ligne

 

#5 2014-04-30 19:35:10

gonzo
Member
Date d'inscription: 2014-04-27
Messages: 10

Re: DP/DR suite à la prise de drogue

Bonjour à tous,
Tout d'abord, merci pour vos réponses. Elles sont d'autant plus importantes à mes yeux qu'elles viennent de personnes qui, je suppose, vivent avec le même mal que moi (j'ai beaucoup de mal avec l'idée d'être compris quand à ma pathologie, vu que ça ne fut malheureusement pas souvent le cas).

Il est vrai que mon anxiété est très grande au quotidien, je prends des anxiolytiques quand je sens les crises monter, mais même en dehors de ces périodes de crise, j'ai toujours une inquiétude qui plane, l'impression de pas être en sécurité dans le monde dans lequel je suis, peur que celui-ci disparaisse en quelque sorte.
Pour ce qui est de voir quelqu'un je vais régulièrement voir un psychiatre et un psychologue, mais j'ai parfois l'impression qu'ils me traitent comme-ci j'étais dépressif suite à un traumatisme (même si c'est pas totalement faux) et qu'il me fallait reprendre goût à la vie, alors que pour moi mon problème principal c'est la vision que j'ai de la réalité à présent, l'impression de ne pas en faire parti et ce que j'appelle "ma nouvelle façon de penser". Je crois que je vis encore dans l'espoir (ça fait que 1 an après tout) que cette horrible gêne disparaisse subitement, ce qui me permettrait alors de reprendre ma vie là où je l'ai laissée.
Pour ce qui est de reprendre mes activités, j'ai essayé de le faire en douceur dans un premier temps: j'ai commencé à faire du sport dans un club (ce fut difficile surtout au début, déjà j'avais des gros problèmes avec l'idée d'espace temps ce qui me faisait réfléchir au point d'avoir peur de m'évanouir et ça faisait monter mon anxiété générale) prendre des cours de langues, habiter en colocation, j'ai fais un essai pour un boulot, mais je ressentais trop souvent un malaise et j'ai fini par abandonner tout ça (je sais ça peut sembler aller dans le mauvais sens, mais sur le moment je l'ai vécu comme un soulagement). A partir de là j'ai commencé à vivre la vie la moins stressante possible en quelque sorte, retourner dans la maison où j'ai grandi, se lever à midi tous les jours, regarder la télé, prendre mes médicaments et ne faire aucun effort. Et bizarrement je trouve que ça m'a un peu aidé, j'ai un peu canalisé ma peur de la solitude, et ma famille me trouvait mieux dans ma peau. Je sais pas si c'est un conseil à donner mais si on va très mal cette technique peut aider un certain temps je pense.

Maintenant je varie entre trois états d'esprit quand à ce qui regarde la suite:
- Parfois j'ai à l'esprit que ça ne changera jamais, que ma vie va rester un enfer de pensées morbides, d'analyses sans fin du monde qui m'entoure et de moi-même sur fond d'angoisses qui m'empêchera de faire quoi que ce soit, ou pire, de finir par avoir une "révélation" qui finira par me convaincre que le monde autour n'existe effectivement pas.
- parfois je me dis que ça va finir par passer, et que je n'arriverai même plus à me rappeler ce à quoi je pensais ou que ça me semblera insignifiant (un peu comme ce que pensent les autres de ce que je leur dis)
- enfin parfois, je me dis que c'est très dur, mais que c'était comme inévitable, et que j'arriverai à me raisonner pour ne plus avoir peur de ce que veut me montrer mon cerveau et que j'arriverai à vivre serein avec ça, en gros vivre sage et en paix avec sa DP/DR.
Que pensez-vous de cette dernière théorie, cette idée vous semble-t-elle crédible?
Et vous comment pensez-vous que tout cela va finir?

Encore merci à vous de m'avoir lu et répondu. J'attends beaucoup de l'entraide qu'on trouve sur ce forum smile .

Hors ligne

 

#6 2014-04-30 20:34:18

Eazy
Member
Date d'inscription: 2013-09-17
Messages: 98

Re: DP/DR suite à la prise de drogue

Coucou Gonzo,

Tant mieux si nos réponses t'apportent du réconfort, c'est vrai que lorsqu'on est dans cet état d'esprit on a vraiment du mal à croire que d'autres personnes peuvent vivre cet enfer de façon aussi intense que nous, et pourtant...c'est horrible et insupportable pour tout le monde, et très dur à décrire tellement ça va loin ! Donc tu fais bien de venir en parler ici parce qu'on te comprend smile
Il y a une phrase qui m'a interpellée dans ton message, lorsque tu dis "l'impression de pas être en sécurité dans le monde dans lequel je suis, peur que celui-ci disparaisse en quelque sorte". Cette crainte  est tout à fait compréhensible après ce que tu as eu l'impression de vivre, étant donné que tu t'es vu disparaître toi-même, tu as vécu l'effondrement du monde et de ton être lors de ton badtrip et cette expérience t'a profondément marqué, alors après ça comment être sûr que le monde ne va pas réellement s'effondrer ? Même si ce bad date de plus d'un an, tu es resté fixé sur ce que tu as éprouvé à ce moment-là, tu y accordes encore de l'importance comme si ça pouvait être réel. C'est pour ça que j'ai insisté sur le fait que tu gardes en tête que tu étais sous drogues et que tu ne peux pas prendre au sérieux ce qu'il s'est passé dans ta tête à ce moment-là car c'était juste dans ta tête et ce n'était pas la réalité.
Je sais que c'est dur de lâcher prise avec ces fausses croyances, mais on y arrive. Peut-être cette expérience est venue toucher un point sensible, tu dis qu'avant ça tu voyageais beaucoup, tu semblais avoir confiance en la vie, en toi, et d'un coup tout s'est écroulé, ce qui met un énorme doute sur soi et nous fait prendre conscience de notre fragilité et de notre propre mortalité. Et ça, pour tout humain, c'est extrêmement déroutant et effrayant. Tout allait bien dans notre vie, on décide de prendre des prods comme on l'a déjà fait auparavant, et cette fois ça craque, ça prend une tournure terrifiante qu'on ne maîtrise plus, tout ce en quoi on croyait est ébranlé, "notre monde s'effondre".  On perd tout nos repères, sur nous, sur la vie, ce qu'on croyait intangible avant nous semble désormais instable et on ne sait plus sur quoi on peut compter, on n'est plus sûr de rien. Et pourtant, le monde n'a pas bougé d'un poil, il est toujours le même, comme tu le connaissais avant, toujours aussi solide et bien réel. En revanche, toi, tu n'es peut-être pas aussi solide que ce que tu croyais... Et oui, ça peut arriver à tout le monde de craquer pendant un trip et on se rend compte qu'on n'est pas invincible et qu'on peut vaciller avec les drogues...
Concernant tes hypothèses, on distingue la peur de rester comme ça, puis l'espoir que tout ça ne devienne qu'un mauvais souvenir, et enfin l'idée que tu vas peut-être t'habituer à cet état et arriver à vivre avec. Je crois tu peux abandonner la première hypothèse car je pense que tu peux suffisamment réfléchir à cette expérience pour analyser quel point sensible elle est venue toucher, ensuite je ne suis pas sûre qu'on ne se souvienne plus de nos pensées morbides, il en reste des traces disons, mais ça ne nous fait plus d'effet, c'est assez flou, ça ne nous atteint plus, ça n'a plus d'impact. Et en ce qui concerne le fait de vivre avec sa dp/dr, non, d'une je ne te le souhaite pas, et je pense que ce n'est pas une fatalité, on n'est pas obligé de s'y soumettre.
Je crois en une bonne analyse de ce traumatisme et des peurs qu'il est venu réveiller en toi pour retrouver un état serein.
Tu ne seras plus le même, certes, mais tu seras  certainement grandi smile

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson